Communiqué – Francis Carole - Ces derniers jours, la Martinique a connu une nette progression du virus du Zika.

En effet, à la date du 14 janvier, ce sont 47 cas qui ont été confirmés. Deux femmes enceintes comptent parmi les personnes touchées. Un jeune homme souffre de l’une des manifestations les plus inquiétantes du virus, le syndrome de Guillain-Barré qui entraîne des troubles neurologiques.

En plus de ces 47 cas confirmés, il est fait état de 610 cas cliniquement évocateurs. Entre le 28 décembre 2015 et le 3 janvier 2016 on n’en recensait que 150.

Le virus se répand rapidement sur l’ensemble de notre territoire et affecte déjà 16 communes : Carbet, Case-Pilote, Fonds Saint-Denis, Prêcheur, Saint-Pierre, Schoelcher, Sainte-Marie, Trinité, Robert, Ducos, François, Lamentin, Sainte-Luce, Trois-Ilets, Vauclin et Fort-de-France.

Nous appelons la population à prendre toutes les précautions qui s’imposent dans la lutte contre le Zika. Ce sont les mêmes que celles préconisées contre la dengue et le chikungunya : destruction des gites, utilisation de répulsifs, moustiquaires…

Il convient d’insister particulièrement auprès des femmes enceintes pour qu’elles se protègent par tous les moyens : Tant au Brésil qu’en Polynésie, les médecins ont observé, en lien avec le virus du Zika, des microcéphalies et des anomalies du développement cérébral intra-utérin chez des fœtus et des bébés.

Dans un communiqué publié le vendredi 15 janvier, le président de la Collectivité Territoriale a annoncé les mesures urgentes suivantes :

« 1. Sensibilisation de tous les personnels de la CTM et implication des personnels des centres médico-sociaux dans l’action spécifique en direction de la population et notamment des femmes enceintes.

2. Organisation d’une opération « répulsifs » dans toutes les structures de la Collectivité accueillant des personnes âgées et des enfants, ainsi que dans les différentes antennes de P.M.I.

3. Renforcement de la suppression physique des gites au niveau du patrimoine immobilier de la CTM, particulièrement les établissements scolaires.

4. Intensification de la mobilisation sociale contre le virus du Zika, à travers des actions de proximité. »

L’épidémie du virus du Zika, qui n’en est qu’à ses débuts, nous expose à des conséquences sanitaires, économiques et sociales graves. Il est de la plus grande importance que chacun, à son niveau, mette tout en œuvre pour en limiter l’impact.

16 janvier 2016

photo d’archive / gran sanblé, 2015