Exclusif abonnés – Politique | Abonnez-vous et accédez à la totalité de cet article, et à tous nos contenus réservés | Architecte de l’alliance inattendue de l’entre deux tours de territoriales, Yan Monplaisir est devenu en décembre 2015 le premier vice-président de l’Assemblée de Martinique. Le leader de la droite martiniquaise avait négocié six postes pour sa famille politique. Trois à l’assemblée : Monplaisir, Mousseau et Montrose, trois au conseil exécutif : Laventure, Torpille et Saithsoothane. Un « contrat de gestion » entre des formations politiques aux orientations opposées était alors mis en avant, et justifiait une alliance alors très discutée. Depuis, les méthodes autoritaires et « solitaires » (selon le mot de Claude Lise) d’Alfred Marie-Jeanne sont passées par là, créant un véritable…

L’accès à l’intégralité de ce contenu est payant ou réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Connectez-vous ici

S’abonner à Politiques-Publiques

Accédez à nos contenus payants en souscrivant un abonnement.

à partir de 5€ / MOIS

Voir les offres