Monsieur le Président,

Les statuts de Martinique Transport désignent le Président de la CTM, comme Président De l’organisme en charge du transport public en Martinique. Or, vous avez endossé des responsabilités que vous ne semblez pas vouloir totalement assumer.

Il y a en effet quelque temps, le service public du TCSP et des bus du réseau Mozaïk était interrompu pour fait de grève au sein de la société. Les raisons de cette interruption brutale et longue de service : le soutien à un agent mis à pied pour un comportement jugé inacceptable. Parallèlement le personnel invoquait un droit de retrait du fait de problèmes de sécurité. Pour autant ce droit de retrait a finalement été accepté pour partie (1 semaine) puis rejeté pour le reste du temps, par les services de la DIECCTE, qui considéraient qu’il n’avait plus lieu d’être du fait de l’évolution des négociations.

Malgré cela, vous n’avez pas enjoint la société à respecter ses engagements contractuels, en les obligeant à l’organisation du service minimum et donc de la continuité du service public de transport de personnes tel que la loi l’impose. Vous endossez donc la responsabilité du non-respect de la loi d’une part et de l’incurie du fonctionnement du service public du transport en Martinique, puisqu’une nouvelle grève frappe le même service.

A ce propos l’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe a du mal à comprendre qu’une telle grève puisse se faire sans préavis, plaçant une fois de plus les usagers les plus fragiles socialement en grande difficulté, les mettant aux arrêts à attendre vainement pendant des heures qu’un TCSP puisse passer.

Vous acceptez qu’aucune information ne soit communiquée à ces mêmes personnes ; alors que, là aussi, la loi leur fait et vous fait obligation d’une information précise et préalable à l’endroit des usagers ! Quand bien même ce service est délégué, Il vous appartient de veiller à sa bonne exécution ! Il vous appartient d’informer le plus directement possible les usagers par les panneaux électroniques aux arrêts (par exemple) ou par tout message diffusable sur les radios, sur internet, en télé ! Pour toutes ces raisons, nous dénonçons cette incurie et invitons les usagers à se regrouper, y compris dans notre association pour se porter en justice afin d’obtenir autre chose que cette mascarade de fonctionnement faite à nos dépens et avec notre argent, puisque c’est bien l’argent public qui la finance !

Nous espérons que vous saurez enfin nous garantir le respect de la loi, le maintien de nos services public tout en préservant le droit de grève, lorsqu’il est légitime et légalement usité.

Nous espérons que vous saurez enfin assumer vos responsabilités, après tant de désordres, tant de frustrations, tant de difficultés pour les usagers, de lassitudes, de désarroi de la population tout entière.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l’expression de ma grande considération.

Yvon Joseph-Henri, Président de l’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe