Confidentiels – L’amendement gouvernemental déposé par la ministre Najat Vallaud Belkacem a été rejeté par les sénateurs. Ces derniers, soucieux d’empêcher une nouvelle scission de l’université, entre Guadeloupe et Martinique cette fois, ont maintenu dans le texte le « ticket à trois », pour éviter les rivalités. Le gouvernement pour sa part souhaitait, selon le mot de la ministre, « garantir l’autonomie des pôles et la libre expression des candidatures », et s’inscrivait dans le droit fil des Présidents des Conseils régionaux et généraux de la Guadeloupe et de Martinique qui ont fait entendre leur volonté d’une nouvelle gouvernance préservant l’élection libre des vice-présidents de pôles par les conseils de pôles. C’est désormais l’assemblée nationale qui devrait en dernier ressort et dans…

L’accès à l’intégralité de ce contenu est payant ou réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Connectez-vous ici

S’abonner à Politiques-Publiques

Accédez à nos contenus payants en souscrivant un abonnement.

à partir de 5€ / MOIS

Voir les offres