Communiqué d’André Lucrèce suite à la publication de sa tribune relative à ‘Université

Je voudrais d’abord remercier les très nombreuses personnes qui, aussi bien en Guadeloupe qu’en Martinique, ont manifesté leur approbation à l’article intitulé L’insignifiance à ciel ouvert

Et bien sûr, je ne pouvais m’attendre à une unanimité, sachant que des intérêts occultes et d’obscures solidarités ne pouvaient que se manifester en opposition. Ceux qui pratiquent une lecture vicieuse, en voulant voir dans mon article une opposition entre deux pays, ne servent que des intérêts médiocres car cet article, précisément, dit exactement le contraire en dénonçant le chauvinisme d’un responsable politique.

Il est vrai que ceux-là nous donnent une image d’eux-mêmes sans nouveauté. Aux antipodes de la richesse et de la générosité humaines.

Par ailleurs, si certains ont l’insigne faiblesse de s’incliner devant la goujaterie, la médiocrité, l’irresponsabilité et l’insignifiance, qu’ils sachent que je ne suis pas de cette engeance. Jamais je ne m’inclinerai devant l’injustice d’où qu’elle vienne, surtout en l’occurrence quand on s’attaque à une femme d’honneur qui cherche uniquement à remplir la mission qui lui a été confiée. Et aucune police de la pensée ne m’empêchera de fustiger les injustices et – je le répète – d’où qu’elles viennent.

Je tiens enfin à dire que je ne répondrai à aucun propos qui pourrait fleurir de l’angoisse de la corruption et de l’action honteuse, cela est en effet l’affaire des autorités policières et judiciaires de notre pays.

Le reste, comme dirait Césaire, n’est qu’« inepte bavardage dans l’ambiant marécage ».

 

André LUCRECE