C’est ainsi que Ralph Gonsalves, 1er ministre de Saint-Vincent et les Grenadines a qualifié le passage de Tomas hier sur l’archipel. Le premier ministre souligne que des trois derniers phénomènes climatiques qui ont atteint son pays, Ivan en 2004, et Dean en 2007, Tomas est celui qui a provoqué le plus de dégâts.

Bien que moins puissant que les précédents, l’ouragan Tomas est néanmoins demeuré stationnaire durant plusieurs heures sur l’archipel avec des vents supérieurs à 150 km/h et des pluies torrentielles qui ont provoqué d’importants dégâts dans plusieurs hameaux. Le samedi 30 octobre 2010, Plus de 100 habitations ont été entièrement détruites, et les réseaux d’eau et d’électricité sont largement endommagés.

A Barbade, c’est également sur le front des habitations que de nombreux dégâts sont à déplorer. Le premier ministre Freundel Stuart a par ailleurs indiqué que les personnes les plus touchées sont celles qui ne s’étaient pas encore relevées des derniers phénomènes climatiques.

A Sainte-Lucie, les dégâts sont proches de ceux qu’a subi le nord de Saint-Vincent. Importants. Des dizaines de milliers de foyers sont toujours privés d’électricité, et quelques édifices ont perdu tout ou partie de leur toiture.

En Martinique, les dégâts sont moins importants. Quelques chutes d’arbres et glissements de terrains impactent le réseau routier. Les équipes d’EDF sont sur la brêche depuis hier pour rendre le réseau entièrement opérationnel, et les services et élus des collectivités sont sur le terrain pour programmer leurs interventions.

L’ouragan Tomas poursuit sa route en se renforçant, et sa trajectoire le conduit désormais vers les côtes d’Haïti et de la Jamaïque qu’il pourrait atteindre vendredi prochain.