Le Maire de Fort-de-France, ville actionnaire de la CFTU, a indiqué hier lors d’une conférence de presse conjointe avec le Président de la société d’économie mixte, sa volonté de sortir de « sortir de la crise », et de voir rouler le TCSP au bénéfice des usagers, mais aussi au bénéfice de la crédibilité de la Martinique au regard de ses financeurs.

Sa proposition majeure : évaluer « sur pièce » le fonctionnement du TCSP et ses coûts réels. Didier Laguerre propose la signature d’une convention provisoire de 3 mois, qui permettra à l’autorité unique en charge du transport de contrôler directement et en temps réel le fonctionnement du dispositif dans sa réalité.

Une proposition qui intervient alors même que la CFTU a adressé à l’autorité unique Martinique Transport une offre revue et corrigée de 12,3 millions d’euros, désormais en phase avec les demandes de l’autorité. L’occasion également de préciser les recettes du dispositif (3 millions d’euros de ventes et recettes diverses, et environ 4 millions d’euros de Versement Transport), qui ramèneraient la participation de la CTM à environ 5 millions d’euros.

Des propositions qui feront sans doute l’objet d’observations d’Alfred Marie-Jeanne. Le président de Martinique Transport réunit le conseil d’administration de l’autorité unique ce jeudi 8 mars 2018.

La réunion a  permis à Alain Alfred de faire le point sur la situation tendue de la CFTU à laquelle l’autorité unique devrait la somme de 20 millions d’euros. Il s’agit du paiement de la marche à blanc du TCSP en 2017, sujet à controverse, mais également des dotations contractuelles liées au fonctionnement du réseau de bus. Ces dernières sommes, attestées par le Trésor Public, sont impayées depuis plusieurs mois, et mettent la société, ses co-traitants et ses sous-traitants en grande difficulté.

@polpubliques