Tribune – Pierre-Alex Marie-Anne | Ceux qui s’imaginaient  que la création de la CTM  permettrait ,comme par magie,  de faciliter le règlement  des problèmes auxquels la Martinique est confrontée doivent aujourd’hui déchanter.

Après les péripéties rocambolesques de la reconstruction du  lycée Schoelcher  ,c’est le retard  à l’allumage   du TCSP qui  tient aujourd’hui la vedette; l’enjeu est en l’occurrence  tout simplement considérable .

D’abord,  s’agissant  des  caractéristiques  majeures  de l’opération  :

Près de 400millions d’euros d’investissements mobilisés ( plus du double du coût de la ROCADE de FDF),un exploit technique et urbanistique , mené au pas de charge, qui mérite d’être salué : échangeur dénivelé , d’une rare complexité ,de Chateauboeuf,  décasement  et relogement (le plus souvent par procédure amiable) dans de meilleures  conditions de confort  de plus de 130 familles à Sainte-Thérèse avec à la clef le doublement de la largeur de l’Avenue Maurice BISHOP, principale entrée de la ville se prolongeant par le boulevard Gal de  GAULLE ( il reste cependant à l’embellir par des plantations de part et  d’autre ) ; reconfiguration complète ,à cette occasion, de toute la façade maritime de la ville-capitale  afin de la rendre plus  conforme à l’idée que l’on se fait d’un pays à vocation touristique,  pour ne citer que les aspects  les plus remarquables.

Ensuite,  par rapport  à ses répercussions  tant  sur la population que  sur les instances Européennes :

Les usagers des transports en commun , qui appartiennent en majorité aux couches les plus laborieuses de la population ,ne peuvent pas comprendre et encore moins accepter qu’une quelconque ″chicaya ‟de soi-disant responsables politiques puisse les priver plus longtemps  du  bénéfice de cet effort  financier sans précédent consenti par la collectivité.

Mais que dire  du jugement  sans concession  que ne manqueront pas de porter les dirigeants  de l’Union Européennes sur cette incapacité chronique des gestionnaires locaux des fonds européens à s’entendre sur l’essentiel ! à laisser de côté les vanités mesquines et petits calculs politiciens à courte vue  pour faire prévaloir l’intérêt général qui  commande de rendre opérationnelle, au plus vite et sans courir le risque de la voir se dégrader, cette réalisation d’envergure exceptionnelle.

On peut être assuré , qu’ils sauront en tenir compte lors de l’examen des prochaines demandes de financement qui leur seront adressées ,en particulier concernant  les extensions envisagées.

Sortir au plus vite le TCSP de l’impasse  actuelle telle devrait donc  être la priorité des priorités ,mieux la véritable obsession des dirigeants de la CTM ; il n’existe pas de problème dont les éléments  constitutifs ont été  clairement identifiés qui ne puisse trouver  sa solution, avec de la bonne volonté réciproque.

Mettre un terme au carnaval grotesque auquel nous assistons avant l’heure , à propos de la mise en service du TCSP, constitue donc un impératif absolu.

Ne pas le faire serait donner définitivement  raison à ceux qui pensent  et ils sont nombreux que ce n’était pas les institutions mais les hommes, ou tout au moins leur comportement inadéquat, qu’il fallait changer.

Le parallèle avec la trajectoire suivie par la Guadeloupe  est à cet égard édifiant ; les  dirigeants de l’île-sœur n’ont rien changé à leurs institutions mais ils ont su par contre en tirer ,avec pragmatisme et un sens certain de la récupération, le maximum  et rafler la mise dans tous les domaines :

postes ministériels stratégiques qui semblent à vrai dire leur être désormais réservés,  rôle  prééminent  dans toutes  les structures communes à nos deux territoires (siège de l’Université, hub régional d’ Air France , Instituts supérieurs de recherche agricole, entre autres), arbitrages gouvernementaux en leur faveur qu’il s’agisse récemment du Cyclotron  ou de la reconstruction du CHU Pointe-à-Pître/ABYMES, intégralement pris en charge à hauteur de 400millions par l’Etat  ou encore du Grand Port Maritime de transbordement,  branché directement sur l’immense  zone  commerciale de JARRY et appelée à devenir  la principale plateforme logistique des Antilles françaises  ; je n’aurai garde d’oublier le fameux Mémorial’Act , inauguré par le Président de la République en personne et demain , n’en doutons pas,  leur futur Tramway  ,sur rail celui-là.

Il n’est pas exagéré de dire, que le mot d’ordre gouvernemental  semble  désormais être : ‟TPLG – tout pour la Guadeloupe‟ ; il est vrai qu’elle  à su non seulement donner des gages de loyauté envers la République française ,à laquelle elle assume d’appartenir  sans aucun complexe, mais d’autre-part  démontrer ses capacités , et son esprit d’initiative tous azimuts :

-Dans le Sport , avec des médaillés  en or et champions Olympiques, par légion (c’est d’ailleurs l’un des plus prestigieux  d’entre eux , Teddy RINER ,qui est porte-drapeau  de le délégation française à RIO ) et des grands évènements sportifs tels que″ la mythique  route du Rhum‟ ou dernièrement  la Coupe DAVIS dont la  renommée n’est plus à faire ; pendant ce temps  nous pataugeons ,après  un demi-siècle de retard sur la naissance  de leur CREPS ,dans  des colloques destinés ,c’est un gag , à définir des objectifs ;  quant aux réalisations ? qui vivra -après sa réincarnation- verra !

- Dans les Arts et dans la Mode : les écrivains , acteurs ,personnalités artistiques et gastronomiques  sans oublier  les  successives lauréates du concours de Miss-France , tous et toutes d’origine  guadeloupéenne, trustent toutes les émissions à forte audience des chaînes de télévision nationales,  qui rivalisent de zèle  pour diffuser  films et documentaires  vantant les  nombreux atouts de l’Archipel (quel délice que la série TV ‟ Meurtres au Paradis″ !).  Pauvre Martinique ! complètement OUT sur le plan de la communication nationale et internationale .

-Dans les énergies renouvelables   et l’Environnement avec la Centrale géothermique de BOUILLANTE en plein développement , le seul Parc  national des Antilles françaises ,″ les Mammelles‟, complété au plan maritime par la réserve COUSTEAU et le sanctuaire AGOA  pour la protection des cétacés.

-Dans la Démographie  qui est chez eux en expansion et sous-tend le dynamisme d’une  jeunesse entreprenante tournée résolument  vers les nouvelles technologies.

-Dans le Tourisme qui, en dépit du point noir de la violence, se confond désormais pour l’étranger avec l’image de la destination Guadeloupe , laquelle  dispose pour ce faire des principales liaisons aériennes, têtes de lignes pour la Croisière et la desserte inter- îles .

Il faut le reconnaître sans  détours, nous sommes complètement largués  et c’est la faute de ceux qui sont chargés de nous représenter  car ils ne  savent ni qui ils sont  ni ou ils vont.

Il est frappant  d’ailleurs , pour ne pas dire cocasse, de constater que les plus  grands thuriféraires de la réforme institutionnelle, bâclée et foncièrement antidémocratique, qui nous a été imposée, n’ont pas aujourd’hui de mots assez durs pour  en dénoncer les méfaits et les défauts ; certain même  n’hésite pas à la qualifier de : « construction en l’état futur d’achèvement…sans garantie de finition ». Un regain  de  lucidité certes  méritoire  car il faudra bien  nolens, volens réformer la réforme, pour garantir un mode de scrutin et de gouvernance à la CTM plus Démocratique .

 défaut  ,au train où vont les choses et sans un sursaut radical des Martiniquais ,le risque est grand de voir notre île rangée désormais dans les guides officiels parmi les nombreuses  dépendances  de l’archipel Guadeloupéen ,à l’instar des SAINTES ,de Marie-Galante ou la Désirade .