Communiqué de l’association contact-entreprises

 

Ce que Contact-Entreprises craignait est en train de se réaliser (cf notre communiqué du 28 octobre).

Blocage après blocage, grève après grève, le port de Fort-de-France est en train de perdre la bataille de la compétitivité face à nos nombreux concurrents.

En effet nos concurrents de la Caraïbe ne souffrent pas du handicap que représente l’action mortifère pour notre économie du syndicat de Monsieur Jean-Michel JEAN-BAPTISTE, par ailleurs, on croit rêver, président de la commission développement économique et tourisme du Conseil Général.

Nous le répétons parce que ceci est la vérité.

Le conflit entretenu par cet élu est une véritable catastrophe pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, et ceci est fondamental, le refus désormais régulier de débarquer les marchandises apportées par les bateaux qui fréquentent notre port détruit tout le remarquable travail fait par l’ensemble de la communauté portuaire. A cause de quelques-uns, notre mauvaise réputation est maintenant de mieux en mieux établie auprès de nos clients les armateurs. Au moment où la compétition fait rage entre les différents ports de la Caraïbe pour tirer le meilleur parti de l’ouverture de la nouvelle écluse de Panama, c’est là nous le répétons une véritable catastrophe.

Par ailleurs ce conflit commence maintenant à affaiblir des secteurs clé de notre économie :

S’agissant du tourisme, des loueurs de voitures n’ont pas reçu les véhicules leur permettant de renouveler leurs flottes. Plus de 1.100 véhicules destinés à la location sont ainsi en attente de livraison ! Ceci arrive au moment de l’ouverture de la saison touristique, et aura des effets désastreux sur l’image de notre destination.

Pour le BTP, c’est la livraison des engins commandés qui n’a pu se faire à cause de ce conflit. Certains de ces engins ont été déroutés vers la Guadeloupe. Ce secteur du BTP qui a connu une véritable saignée ces dernières années ne peut subir ces nouveaux aléas.

Nous appelons les différents décideurs qu’ils soient politiques ou économiques à agir rapidement afin que soit mis un terme à une situation qui est de plus en plus coûteuse économiquement alors que le port de Fort-de-France représente une de nos principales chances de développement dans le futur immédiat.

Emmanuel de REYNAL, président de Contact-Entreprises