Communiqué – Région Martinique -  NON en en aucune manière Serge Letchimy n’a envisagé de supprimer les 40% des fonctionnaires. Il n’en a d’ailleurs  pas à lui seul, le pouvoir.

La proposition émanant des ateliers de travail du Programme d’Actions pour le Développement de la Martinique ne pose en aucune manière le principe de  la suppression des 40%.

L’idée est d’intégrer dans un dispositif innovant la mobilisation de l’épargne locale, dont la prime de vie chère, au profit de l’investissement.

Il est vrai que les documents émanant des ateliers PADM ne sont pas suffisamment explicites et clairs,  et comportent des mots tels que « suppression » prêtent  à confusion. Il s’agirait plutôt de redéploiement volontaire d’une part de la prime.

Si nous attendons de la République une solidarité  et une application sans faille de l’égalité, nous nous devons aussi de prendre en main notre développement endogène, et à ce titre l‘atelier PADM initie cette proposition pour parfaire les outils financiers d’investissement.

De quoi s’agit il ?

La Martinique, seule, cumule un montant d’épargne potentiel de 3 à 4 milliards d’euros.

Comment mobiliser cette épargne, comment l’amplifier, comment l’orienter vers le financement du développement économique ?

La proposition est de mettre en place un fonds d’investissement de proximité dit « FIP »,(prévue dans la législation française) comprenant l’épargne locale, le redéploiement d’une part volontaire des 40%,  augmentés de l’épargne externe à un taux rémunéré voire défiscalisable.

Cette masse financière alimenterait l’investissement tout en préservant la prime.

C’est une nouvelle ingénierie financière au service de la production locale.

Dans un pays où le chômage est élevé toutes solutions innovantes doivent être explorées, c’est un des objectifs  du PADM.

Si la plénière du Conseil Régional a adopté ses grandes orientations, il nous reste à poursuivre les discussions avec les acteurs économiques et sociaux avant sa validation définitive.

Serge Letchimy rappelle que les propositions du PADM n’étant pas définitivement finalisées, il  n’a pas fait le choix d’intégrer certaines propositions  dans son projet pour la CTM,  notamment celle de la prime de vie chère.

Fort-de-France, le 30/11/2015