Tribune – Pierre Alex Marie-Anne - Voila une opération  qui se voulait  emblématique  du renouveau du chef-lieu de la Martinique dénommée désormais Ville-Capitale.

Lancée en grande pompe  dès 2006, après  moult rencontres participatives et battage publicitaire, à grand renfort de fonds européens pour un coût initial de quelques quinze millions d’euros, son achèvement était programmé pour 2009.

Dix ans plus-tard, en  dépit d’un quasi doublement du coût des travaux, la deuxième phase du chantier sur l’Avenue des Caraïbes  (Parvis des livres, face à la bibliothèque Schoelcher, Mail des caraïbes,  réorganisation du parking Vinci en bien piteux état, sans compter les fameuses îles, bassins et statues ), n’est même pas entamée.

La SEMAFF qui dans cette affaire  comme pour l’aménagement du Parc Floral a montré ses limites, à bien tenté de se sortir de ce guêpier en refilant le bébé à la SEMSAMAR ; peine perdue ! les choses demeurent désespérément en l’état.

Tout ceci ne peut qu’interpeller sur la capacité de la mouvance politique en place à la mairie  de Fort-de- France, depuis plus d’un demi  siècle, à gérer avec rigueur , efficacité  et dans la transparence  les deniers publics.

Tout se passe comme si les intéressés avaient fini par se considérer comme  propriétaires  de la  Cité n’ayant aucun compte à rendre au contribuable ni  à l’opinion publique .

On a déjà vu les ravages causés par cette prétention exorbitante  lors des élections à la CTM ; les mêmes causes  produisant les mêmes effets , il est plus que temps  pour  eux de se ressaisir et d’abandonner ces pratiques laxistes  qui ne sont plus de mise par temps de disette budgétaire.

En réalité, l’absence de vision et de véritable  stratégie de développement  explique  les difficultés rencontrées par la ville-capitale  qui s’avère incapable de profiter des nombreuses opportunités qui s’offrent à elle.

La valorisation et la mise en synergie de tous les aspects du tourisme : patrimonial, festif, culturel, sportif et économique  constitue à n’en pas douter la clef du rayonnement et de la prospérité de Foyal.