L’ASSAUPAMAR et le Centre Caribéen de développement Durable et solidaire (CD2S) dénoncent l’inertie des pouvoirs publics face à cette nouvelle invasion massive des algues sargasses dans les départements d’outre-mer.

Rappelant que cette algue possède des qualités nutritionnelles, que des études à travers le monde ont mis en exergue ses possibilités diverses de valorisation notamment dans le domaine de l’agriculture, ils regrettent que les pouvoirs publics locaux s’entêtent à la traiter comme un déchet.

Un laxisme et un attentisme des politiques qu’ils considèrent inacceptable,  sans changement de comportement et prise de conscience écologique trois ans après la première invasion.

Conscients de l’amplification du phénomène, ils recommandant aux pouvoirs publics de mettre tout en œuvre pour que soit évalué l’impact écologique et des nuisances dues à la pollution des eaux côtières par les pesticides – que des études techniques et scientifiques soient menées afin d’envisager des possibilités d’utilisation efficaces de ces algues.

Cette invasion d’algues risque fort de se reproduire dans les années à venir avec une amplification non maîtrisée due aux évolutions naturelles – modifications du climat – mais aussi à des causes anthropiques issues des activités humaines qui perturbent l’équilibre des écosystèmes.

@polpubliques