#Opinion - Emmanuel de Reynal | Ils s’appelaient Marc, Henri, Pierre, Aimé, Marie-Line, José, Sandra, Charles… Ils sont morts du Covid alors qu’ils auraient dû vivre. Ils font partie des 511 martiniquais que la maladie a emporté lors de la 4ème vague, et qui seraient vivants aujourd’hui s’ils avaient été vaccinés ! 511 martiniquais que la vaccination aurait sauvé, comme vient de le démontrer la très sérieuse étude EPI-PHARE menée auprès de deux groupes de 68.000 martiniquais, l’un vacciné, l’autre non.

Voici les chiffres :

  • 2.488 personnes présentant un Covid grave ont été hospitalisées entre le 15 juillet et le 14 septembre 2021.
  • 550 patients sont décédés à l’hôpital pendant cette période. Pratiquement aucun d’entre eux ne présentait un schéma vaccinal complet !!!
  • On observe dans la population vaccinée une réduction de 91 % du risque d’hospitalisation et une réduction de 93 % du risque de décès. Ce qui veut dire que la vaccination aurait pu éviter 2.264 hospitalisations et 511 décès !

511 décès, c’est l’équivalent de deux crashs d’avion ! Deux crashs provoqués par quelques voix inconscientes se prenant pour des pilotes ! Deux crashs provoqués par une poignée d’individus en mal de notoriété qui, par amour de leur égo, n’hésitent pas à contredire à longueur de tweets et de libelles le consensus scientifique mondial.

900 médecins scientifiques et soignants d’Outre-mer, représentant plus de 95% du corps médical, se sont réunis dans le collectif Covid Urgence Outremer. Ils sont pleinement engagés dans la bataille contre le Covid et exhortent la population à se faire vacciner. Ces 900 soignants cumulent à eux-seuls plus de 10.000 ans d’études scientifiques et plus de 25.000 ans de pratiques médicales. Ce sont des « enfants du pays » que personne ne peut accuser de mauvaise intention à notre égard. Ce sont des missionnaires de la vie qui se consacrent entièrement à nos soins, au-delà même de leur propre santé. Ce sont des professionnels qui, malgré les attaques indignes qu’ils subissent chaque jour, poursuivent leur mission sans rancune. Ils méritent notre profond respect. Ils méritent surtout d’être écoutés et d’être entendus.

Si Marc, Henri, Pierre, Aimé, Marie-Line, José, Sandra, Charles… leur avaient fait confiance et s’étaient fait vacciner, ils vivraient aujourd’hui avec leur famille. Ils chanteraient sans doute Noël et prépareraient l’année qui vient. S’ils avaient été sourds à la désinformation colportée par les apprentis scientifiques de Facebook et les démagos de tous poils, ils danseraient aujourd’hui au-dessus de leurs caveaux. Mais par malheur, ils ont été victimes des mauvaises sirènes, celles-là même qui n’hésitent plus à contester la science, à vomir sur les médecins, à détruire l’esprit de responsabilité et à confondre liberté et égoïsme.

Le temps n’est plus aux discours mous, ni à la démagogie. Le temps n’est plus au doute, ni à l’égoïsme déguisé en liberté individuelle. Le temps n’est plus aux polémiques qui démolissent nos institutions et torpillent la science. Le temps n’est plus aux voix discordantes qui fabriquent des morts. Le temps est à la confiance en nos médecins dont l’immense majorité appelle sans ambiguïté à la vaccination. Le temps est à la responsabilité. Vaccinons-nous maintenant, sans attendre !