Mis en cause par Daniel Marie-Sainte dans un communiqué (suite aux déclarations de membres du Conseil National du MIM), Garcin Malsa réagit dans un réquisitoire sévère contre Daniel Marie-Sainte, et contre le fonctionnement du Mouvement indépendantiste martiniquais. . 

« Monsieur Daniel MARIE-SAINTE,

Descendre jusqu’où vous vous êtes enlisé politiquement et idéologiquement était loin de mes préoccupations, si ce n’était mon nom évoqué dans votre communiqué en date du 17 décembre 2016 et relatif à une affaire qui ne concerne que les membres de votre organisation, le MIM et certains de ses dirigeants.

Voilà exactement 35 ans, (13 mai 1981), que j’ai démissionné du MIM avec des camarades qui sont encore tous vivants. Cela s’est fait pour des raisons de clarification idéologiques.
Pour plus amples informations, je vous invite ainsi que tous les martiniquais qui le souhaitent à vous documenter à travers les pages 71 à 74 de mon livre « L’Ecologie ou la passion du vivant » paru en 2008 aux éditions l’Harmattan.
Vous mentez donc quand dans votre communiqué vous précisez que mon départ du MIM remonte à quarante ans.. Il y a quarante ans vous n’étiez pas au MIM, La parole au peuple. J’en parle en connaissance de cause, puisque je vous ai à l’époque en quelque sorte parrainé. Cela n’est que banalisation puisque vous mentez habituellement avec une telle aisance que vos interlocuteurs n’y voient que du feu.
Vos propos sur l’ affaire ALBIOMA peuvent en témoigner.

Pour qui veut interpréter votre communiqué, on retiendra qu’il est établi une sorte de parenté idéologique entre Marianne MALSA et Garcin MALSA qui les prédispose naturellement à comploter contre Alfred MARIE-JEANNE qui à ce moment devient, et c’est là votre but, une victime des MALSA.
Le premier, (Marianne), aurait fomenté un complot contre Alfred MARIE-JEANNE que le deuxième, (Garcin), aurait commis selon vous, avec un intervalle de 40 ans.

Pire encore, c’est Garcin MALSA, qui du haut de je ne sais quel trône dicte ses ordres à l’ « autre » MALSA qui aurait contaminé BOLINOIS, BRELEUR, VERMIGNON, …

Vous êtes, Monsieur MARIE-SAINTE, rompu à l’exercice de ces énormes et grotesques manipulations des esprits aux fins de victimiser quelqu’un qui, lui même use de manipulations n’hésitant pas à rejeter sur autrui toutes sortes de culpabilités inventées avec un grand art de la tragédie. Quelle perversité !

Vous savez que Marianne MALSA épouse totalement la ligne opportuniste et électoralo-carriériste du MIM démontrée encore lors des élections de décembre 2015 à travers l’alliance Grand Sanblé Pou Ba Péyi a An Chans. Le MODEMAS dont je suis le Président incarne la source identitaire, le drapeau, l’inspiration écologique, l’écologie politique, la trajectoire panafricaniste, le respect de la dignité humaine, le cap souverainiste, l’exigence des réparations consubstantielles de la décolonisation.

Le MIM, et par restriction, Marianne MALSA ne sont nullement sur ces fondamentaux encore moins sur la démarche des réparations relatives aux crimes contre l’humanité que sont l’esclavage et la déportation d’africains dite «traite négrière»…

Monsieur MARIE-SAINTE, d’où vient donc le complot ?
De vos militants qui dénoncent le comportement autocratique d’un chef tout puissant, ou/et de votre Président du MIM qui se parachute dans des élections municipales de 2014 à Sainte-Anne ; créant ainsi la confusion des électeurs allant jusqu’à contribuer à installer à la direction de la commune un inconnu manipulé par le Front National qui est associé à toute la gestion de la ville. Jusqu’à aujourd’hui des militants du KP de SAINTE -ANNE poursuivent une campagne de dénigrement et de calomnies à mon égard comme vous le savez.

Ni les signataires du communiqué que vous dénoncez, ni les dignitaires du parti comme vous DMS n’ont rien dit de la conspiration dirigée contre Garcin MALSA, lors des élections municipales, par le Président du MIM. Vous même avez tout simplement déclaré que c’était «une affaire personnelle». Vous avez tous participé à cette basse et lâche manœuvre que je décris dans mon livre « Kaskod pour l’écologie », paru en 2015.

Daniel MARIE-SAINTE, il vous appartient de régler la contestation qui gronde au sein de votre parti. Au lieu de vous ridiculiser à chercher des responsables bouc émissaires, vous feriez mieux de vous repentir de vos zanzolages idéologiques et de l’alchimie politico-électoraliste qui ont caractérisé votre gouvernance depuis la mise à l’écart de Marc PULVAR.

Votre manie de fomenter la thèse du complot partout où vous rencontrez une opposition qui pourrait même vous éclairer vous rend paranoïaque.
Ce n’est pas de cette façon que vous rendrez opérationnel votre programme à la CTM si vous en avez un ?
Je vous renvoie à ce vieil adage : « qui sème le vent récolte la tempête.»

A vrai dire, ne seriez vous pas en panne d’impulsions idéologiques et d’actions innovantes depuis que Marc PULVAR vous avait quitté dans des conditions que je n’évoquerais pas ici et qui ont conduit aussi à sa désespérance ?

Sachez, monsieur Daniel MARIE-SAINTE que je combattrai toujours les méthodes des géreurs et commandeurs d’habitation car je suis un rebelle. Je ne serais pas non plus le flatteur d’un chef qui se permettra le luxe de me mépriser n’importe où, devant n’importe qui car il sait que je dépends de lui. Je ne me plierais jamais au diktat d’aucun maître.
Je n’ai aucun chef, je ne veux être le chef de personne. Je ne nourris le projet d’aucune carrière politicienne m’obligeant à me dénaturer. Ma popularité en politique, je ne l’ai construite à l’ombre de quiconque.
Je veux demeurer ce militant écologiste souverainiste et panafricaniste impliqué dans la sauvegarde de mon pays. Sans concession aux classes dominantes de ce pays !

Le stupide amalgame contenu dans votre communiqué est trop peu pour m’atteindre. Avec vos amis vous n’en êtes pas à votre première tentative. En 2014, vous avez cru m’atteindre politiquement. Vous constatez que vous n’êtes pas arrivé à vos fins. Cessez donc vos manœuvres, qui pourraient se retourner contre vous car « là où s’abat le découragement s’élève toujours la victoire des persévérants. »

Sainte-Anne MARTINIQUE
le 18 décembre 2016

Le communiqué de Daniel Marie-Sainte :

COMMUNIQUE DU SECRETAIRE NATIONAL A L’ORGANISATION DU MIM

TENTATIVE DE « FRACTIONNISME » AU SEIN DU MIM

Deux anciens membres du comité National du MIM (Marianne MALSA et Sylvain BOLINOIS) ont pris la lourde responsabilité de tenter de créer une « fraction » à l’intérieur de notre organisation pour tenter de renverser le Président du MIM, Alfred MARIE-JEANNE !

Mandatés par personne, ils ont pris l’initiative d’étaler dans les médias les débats internes du Conseil National de notre mouvement dans le seul but de chercher à le liquider ! (Voir article dans le journal « France-Antilles du samedi 17 décembre 2016)*
L’initiative, de ces deux ex-dirigeants de notre parti, qui s’apparente à un complot contre le Président Alfred MARIE-JEANNE, rappelle , curieusement, celui mené, il y a quarantaine d’années, par un autre MALSA (Garcin) et qui a abouti à une scission au sein de notre organisation !

Le Conseil National est une structure interne au MIM, lieu d’échanges entre les dirigeants du Comité National et les délégués des « Komité Patwiot » (KP)

Diffuser le contenu de nos débats dans les média ou sur le réseaux sociaux, relève d’une volonté de nuire à notre organisation !

Déjà nos adversaires politiques néo-ppm se réjouissent !

Ils ont trouvé des alliés inattendus et inespérés pour leurS velléités chimériques de tenter de détruire le MIM !

Nous ne devons pas les laisser faire !

J’appelle, l’ensemble des militants du MIM, à la mobilisation pour la défense de l’unité de notre organisation et de sa cohésion autour de notre Président Alfred MARIE-JEANNE !

Je félicite, les nombreux « K P » qui nous ont déjà fait parvenir des motions de soutien à notre Président Alfred MARIE- JEANNE !

Le 17 Décembre 2016

Daniel MARIE-SAINTE

Secrétaire National à l’organisation du MIM