Josette Manin, Présidente du Conseil Général « Le drame survenu ce jour au cœur de Paris ne se définit pas. Mon émotion et ma tristesse s’accompagnent d’une forte solidarité envers les familles des victimes mais aussi du monde journalistique dans son ensemble. Aucun mot ne saurait décrire ce drame et l’horreur de tels actes ne peut être condamnée qu’avec la plus grande des fermetés. Malgré les passions vives que peuvent susciter ces gestes de folie, il me semble important de ne pas céder à la panique et à la stigmatisation. Nos valeurs républicaines et laïques doivent perdurer avec une affirmation encore plus forte. »

Serge Letchimy condamne l’attentat meurtrier contre Charlie Hebdo 12 hommes tués, 12 familles endeuillées, 12 amis, et proches disparus, Ce drame n’est pas seulement humain, c’est un drame de l’humanité toute entière. Cette tuerie atteint l’humanité, elle s’attaque, au-delà de l’homme, du corps humain, au fondement de la démocratie, au droit fondamental de la liberté d’expression et de la presse. A chaque cruauté, il y a toujours une main qui se tend et qui défie les radicalités. Il faut poursuivre. A chaque perte humaine, Il faut manifester sa solidarité. Face à ce drame, il faut tenir les deux postures. Mais avec fermeté il faut s’opposer à toute forme d’intolérance dans notre société, c’est une exigence morale et politique. L’ensemble de la Région Martinique s’associe à la douleur des familles des victimes et à la rédaction de Charlie Hebdo. En marque d’hommage aux victimes et de désapprobation de l’attentat contre Charlie Hebdo, une minute de silence sera observée, ce jour, à 12H dans l’agora du Conseil Régional, et dans tous les sites distants.Le Président du Conseil Régional invite tous ceux qui souhaitent se joindre à cet hommage, à se rendre dans l’agora du Conseil Régional, à Cluny, à 12H.

Philippe Petit, Président de l’UDI Martinique : Face à la barbarie, la République ne doit pas céder « Au moment où l’unité de la République française est menacée face à la barbarie, l’UDI Martinique s’incline devant les journalistes et les policiers morts pour la liberté d’expression. Aucune cause, aucun idéal ne saurait justifier l’assassinat et la mort d’individus au nom d’une justice déiste. Notre République laïque doit continuer à rabâcher sans cesse les valeurs humanistes qui fondent l’Occident. Parallèlement elle doit punir les lâches et les assassins dans le cadre d’une justice antiterroriste stricte. L’UDI Martinique renouvelle sa confiance en la République et au peuple français pour préserver son unité, les valeurs et les fondements de la démocratie, sans céder à la dictature du terrorisme. »

Eugène Larcher, Président de l’Espace Sud « L’attaque contre le siège de Charlie Hebdo, lâche et abjecte, est un crime contre la liberté d’expression, contre la liberté tout court. Ce jour sombre doit aussi être un jour de détermination renforcée contre toutes les formes d’extrémisme, d’intolérance, d’intégrisme. »   Alain Alfred, Secrétaire Général du PPM  Suite à la tuerie qui a eu lieu dans les locaux et aux alentours de l’hebdomadaire Charlie Hebdo,  le Parti Progressiste Martiniquais condamne fermement cette acte qui porte atteinte à la liberté d’expression et adresse tout son soutien au monde de la presse et aux familles des victimes. Le PPM s’associe à toutes actions de nature à combattre ces actes de violence barbares.

Francis Carole, Président du PALIMA Nous condamnons avec la plus grande fermeté le crime odieux qui a été perpétré contre les journalistes et les salariés de Charlie-Hebdo. Aucune cause, aucune idéologie, aucune foi ne saurait justifier un tel acte et une telle atteinte à la liberté d’expression. Cette tragédie doit être pour nous l’occasion de rappeler que c’est en se battant pour la même liberté d’opinion que des dizaines de journalistes, d’artistes et d’intellectuels musulmans ont été froidement exécutés, à travers le monde, par la même horde d’obscurantistes, souvent dans le silence des gouvernements occidentaux. Nous dénonçons par avance toute instrumentalisation politicienne de ce massacre inqualifiable qui conduirait à renforcer le climat islamophobe et de haine qui se développe partout en Europe, attisé par des courants extrémistes qui ne défendent ni les valeurs de la démocratie ni celles de la liberté.

Thierry RENARD secrétaire du parti de Gauche Martinique Le Parti de Gauche Martinique exprime toute sa sympathie aux familles des victimes de l’attentat et à la famille de notre compatriote qui est tombée suite à un autre acte barbare. Nous exprimons aussi notre colère contre tous ceux qui veulent porter atteinte à notre liberté. C’est un droit fondamental pour tous les Français et un droit absolu pour tous les descendants d’esclaves.   Philippe JOCK, Président du Medef Martinique Au nom de l’ensemble des adhérents du MEDEF Martinique, je tiens à exprimer notre  vive émotion suite à l’attentat terroriste, commis à Paris, dans les locaux de Charlie Hebdo. Je tiens à exprimer notre solidarité et à présenter nos condoléances aux familles et aux proches des victimes. Cette atteinte inqualifiable à la liberté d’expression doit renforcer le rassemblement  le plus large possible autour des valeurs républicaines que sont la tolérance, la liberté, l’égalité et la laïcité.

Yvon Joseph-Henri, Secrétaire départemental de la FSU Martinique 

La FSU Martinique fédération de l’Education Nationale ne peut que partager l’émotion générale suscitée par le massacre d’innocents dont le seul tort était de critiquer nos sociétés. Former des citoyens, telle a toujours été la mission de l’Ecole, en Martinique et en France. Qu’est-ce qu’un citoyen, sinon un individu qui a appris à penser, qui s’exerce à penser et donc à critiquer, afin de comprendre où il se situe dans un monde qui ne cesse d’avancer plus vite ? Un citoyen, doit donc exercer son esprit critique. Il le fait d’autant plus que certains, dans la société – les artistes, les intellectuels, les journalistes, les philosophes – ont pour fonction naturelle d’exercer leur esprit critique et de dénoncer les dérives de toutes sortes. Cette fonction, on la connaît depuis la plus haute Antiquité et elle n’est pas conforme, naturellement, à la morale sociale, souvent conformiste, conservatrice, grégaire et peu lucide. Elle est pourtant nécessaire tout comme tout corps social se fonde lui-même sur une légitimité qu’il entend de manière intrinsèque. En même temps, cette cohabitation de deux forces opposées dans la société, témoigne du degré de maturité de cette société, de sa capacité à accepter la contradiction, l’ironie, voire le débat. Dès lors que certains n’acceptent pas la critique et répandent la mort en guise de réponse, ils se comportent en bêtes sauvages, non en homme. Ils ne sont rien de moins que des hommes libres, asservis qu’ils sont à leurs passions, à leurs pulsions destructrices. Ils sont hors de la société, revenant à la jungle. C’est pour cette raison, alors que nous nous sommes libérés de nos chaînes, que nous ne saurions accepter, ni pour nous, ni pour nos enfants, qu’on tente de nous priver de notre liberté intellectuelle, apanage de l’Humanité. Notre peine à tous témoigne bien de notre solidarité autour de telles valeurs, et, d’une certaine manière nous devons cela au sacrifice de journalistes courageux.  
Claude Lise, Secretaire general du RDM Je tiens à exprimer l’émotion et l’indignation que m’inspire l’attentat perpétré contre CHARLIE HEBDO. Les fanatiques qui ont commis  cet acte odieux ont visé tout spécialement des dessinateurs de presse connus pour leur indépendance d’esprit. C’est donc à la Liberté de la Presse qu’ils ont voulu s’attaquer. Mais, ce faisant, ils s’affirment comme des ennemis irréductibles de la Liberté de penser, l’une des valeurs fondamentales auxquelles sont profondément attachés tous les démocrates. Je m’associe à tous les membres du RDM pour saluer la mémoire des innocentes victimes et appeler à un indispensable sursaut de tous les démocrates. Nous devons partout affirmer notre détermination à nous opposer à ceux qui veulent étendre sur le monde le règne de l’obscurantisme et de la barbarie.

Hervé Toussay, Président de l’AMPI

Face à la barbarie insoutenable et à la liberté d’expression très gravement menacée, impossible de demeurer impassible. L’AMPI et ses adhérents industriels présentent leurs plus sincères condoléances aux familles endeuillées y compris à celle de la jeune policière municipale martiniquaise froidement assassinée ce 8 janvier. L’AMPI s’associe donc au deuil national qui frappe la Nation via son logo et via la une de son dernier magazine semestriel PIL N°13.

 

Miguel Laventure, Secrétaire Général des FMP

Les FORCES MARTINIQUAISES DE PROGRES condamnent avec la plus grande fermeté l’attentat terroriste barbare et totalement révoltant contre le journal CHARLIE HEBDO, attentat qui a coûté la vie à 12 personnes dont des journalistes et des policiers. Les FMP réaffirment leur engagement absolu au service de la liberté, de la démocratie et du respect de la vie qu’aucun fanatisme ne doit mettre en danger.
Les FORCES MARTINIQUAISES DE PROGRES condamnent aussi le plus fermement et absolument l’agression meurtrière subie à Montrouge aujourd’hui par une policière d’origine  martiniquaise, qui perd la vie dans l’exercice de ses fonctions au service de la société et de la sécurité.
Les FMP expriment toute leur tristesse et leur sympathie à la famille de notre compatriote et lui présentent leurs plus sincères condoléances.

 

Fred-Michel Tirault, Secrétaire, et Marc Sefil, Président du Comité départemental de l’UMP Martinique

Suite au drame national que constituent les attentats terroristes des 7 et 8 janvier perpétrés contre le journal Charlie Hebdo et trois fonctionnaires de la Police Nationale dont une enfant de Martinique, l’UMP MARTINIQUE

 

  • condamne, avec la plus grande fermeté, ces crimes odieux commis contre la presse et la police, piliers de notre démocratie et gardiennes de nos libertés fondamentales ;

 

  • s’associe á la douleur des familles touchées par la perte de leurs proches et au deuil national décrété par le Président de la République ;

 

  • appelle tous les Martiniquais, comme ils ont toujours su le faire tout au long de l’Histoire, á la résistance face á tous les dangers et tous les obscurantismes qui menacent notre République et les valeurs de démocratie, liberté et laïcité qui la fondent ;

 

  • s’opposera enfin, avec la plus ferme détermination, á toute stigmatisation de l’Islam et de ses fidèles, lesquels ne sauraient, en aucunes circonstances, être amalgamés avec les doctrines et les fanatiques fondamentalistes ayant causé ces crimes. En ces tristes moments pour tous, seul doit prévaloir le troisième terme de notre devise républicaine : la fraternité.