Tribune – Eric Nouvel - Les premières analyses du bouleversement démographique de la Martinique nous conduisent à confirmer nos ressentis : il s’agit principalement d’un problème migratoire, nos jeunes partant se former et ne revenant plus au pays, en tous cas bien moins qu’avant.

Il apparaît donc que la Martinique perd en Attractivité, à priori depuis au moins 2007 et avec une accélération en 2009.

C’est vrai en terme de tourisme, même si les efforts volontaristes du CMT ont permis une inflexion sensible, c’est vrai en terme d’investissements privés, et c’est donc vrai par rapport à nos enfants.

Les départs cumulés du BUMIDOM ont représenté 42.000 personnes entre 1963 et 1982 alors que la baisse de population des moins de 40 ans entre 2006 et 2014 est de 44.000 personnes parce que les jeunes partis se former (ce qui existe depuis longtemps) ne reviennent plus au pays.

Il est urgent de renverser la tendance et pour cela, sans tabou, identifier toutes les causes de la perte d’attractivité de la Martinique pour mettre en œuvre les actions permettant de laisser demain à nos enfants un pays plein de promesses et d’espoir comme notre génération en a profité.

La campagne électorale en vue de la mise en œuvre de la Collectivité de Martinique doit être le moment privilégié pour se poser les bonnes questions, pour proposer les bonnes .actions.

Cela mérite mieux que les « combats de coq » ou les noms d’oiseau qui volent bas.

Chiche ?

 

Eric Nouvel est Président de la commission Emploi, Formation et Dialogue social de la CGPME Martinique