Tribune – Jacky Espartero et Mario Marquet |  Le jeudi 27 septembre, le Maire de Saint-Pierre recevait le Président MACRON. Pour une commune extrêmement endettée rien n’était trop beau, voire, que tout devrait être plus beau pour que la ville d’art et d’histoire, dont les monuments historiques et les sites, d’habitude sales et négligés, reçoivent un éclat digne d’un conte de fées et brillent de mille feux.

Les lieux les plus exposés à la vue ont été lessivés, empesés, karchérisées nettoyés, plantés de palmiers, fleuries, peints, décorés. Extrême attention, il ne fallait pas que le Président tombe dans le canal de la personne. Donc partout où le Président devait marcher, les caniveaux ont été recouverts de contreplaqué. Délicate attention, car si le Président n’est surtout pas venu faire un ‘’solibo’’ à SENPIE. Alors ! quel était l’objet sa visite à Saint-Pierre ? C’est la question que se posent les Pierrotins.

Mais pourquoi le canal pavé à ciel ouvert qui fait partie du patrimoine de la ville s’est-il soudainement trouvé dangereux pour le Président, au point de le faire disparaître sous une couverture en contreplaqué (le canal, bien sûr, pas le président)? Cette protection en bois a été enlevée dès le lendemain. Ce même canal jugé dangereux pour le Président, ne l’a jamais été pour les scolaires, les personnes âgées, les touristes, les Piérrotins. Pourquoi ?

Missié li Mè, ou pas inmin jen SenPiè !

Pourquoi le Président n’a-t-il pas vu l’état général de la ville, celui de notre patrimoine, de la rue du général De Gaulle, du danger quotidien qui surplombe et menace les habitants du Vieux Lycée ou les riverains des quartiers La galère et Trois Ponts, eux aussi menacés à chaque crue des rivières. Que dire de l’état d’abandon manifeste du quartier historique Levassor ? le premier et le plus vieux de la Martinique .

La triste réalité de la ville et le quotidien des Pierrotines et des Pierrotins que le maire de Saint-Pierre par manque de courage politique, n’a pas montré au ‘’Président des Riches’’: Cachez cette misère que je ne saurais voir!

Les Piérrotins ont été surpris par les arrêtés municipaux, pris au dernier moment, leur interdisant la circulation en voiture ou à pied. Que dire des acteurs économiques et des professionnels de santé qui n’ont pas été avertis. Une situation burlesque, quand on sait qu’aucune ville en France ou ailleurs n’a été complètement bloquée pour une visite présidentielle, quel que soit le Président. Heureusement que le ridicule ne tue pas. Sinon la Mairie ……..

Ce qui nous insupporte le plus, c’est la persistance de vieux clichés doudouistes, relents de ‘’jouets sombres au carnaval des autres’’ les martiniquaises en tenue traditionnelle, têtes marrées, pour l’occasion, petits fours, chants lyriques pour une réception publique ou privée ?

Ce qui nous insupporte le plus, c’est le contraste saisissant entre la gravité du problème sanitaire (brume de sable, accentuée par l’émanation de gaz au monoxyde de carbone des très nombreux camions, des nuisances sonores et poussières liées aux activités des carriers), environnemental (destruction de la Montagne Pelée, flore et faune comprises) et social de la population et la légèreté avec laquelle cette visite a été menée.

Ce qui nous insupporte le plus, c’est cette somptuosité et cette opulence alors que des Piérrotains peinent à boucler leurs fins de mois, que les impôts vont, asiwé pa pétet, augmenter, que les travaux de la cathédrale sont à la traîne par « insécurité financière» ect…

Ce qui nous insupporte le plus …………………………………………….

Matinik sé an ……. Bel wégion

Le lundi 25 juin 2018, dans la séance du conseil municipal de la ville de Saint Pierre, le Maire proposait « la nomination de Monsieur Fabrice DI FALCO comme citoyen d’honneur de la ville. Le Maire expose que la renommée de F. DI FALCO constitue une véritable vitrine pour la ville de Saint-Pierre et sera un atout pour des actions valorisantes.

Ce qui motive sa décision de faire de lui un citoyen d’honneur de la ville ».

Bien que reconnaissant le talent et la renommée de l’artiste, nous votons contre cette proposition. Notre refus est motivé par le fait que Monsieur DI FALCO n’a encore rien fait pour la ville. Par contre nous proposons que « cette distinction soit accordée à celles et à ceux qui ont œuvré ou qui se sont engagés intellectuellement ou physiquement pour Saint Pierre et pour le bien être de ses enfants». Et nous citons pêle-mêle Max Ransay (Osaka), Frantz Charles-Denis (Francisco), Kali, Raymond Philémont-Montout, Edgard Lheureux fondateur de la Chambre des Métiers de la Martinique. Bien sûr notre proposition a été tournée en dérision et Monsieur DI FALCO est « citoyen d’honneur » de la ville de Saint Pierre, en lieu et place de Pierrotins plus méritants. Moun Senpiè, Rapha pa enmin zot !

Le 8 mai 2018, dans les ruines de l’ancien Théâtre, Monsieur DI FALCO chante parfaitement la très célèbre chanson «  fenm Matinik dou » de Frantz CHARLES DENIS alias « Francisco » et enchante les spectateurs de toutes origines. Le jeudi 27 septembre, par contre catastrophe, il ose remplacer « pays » par « région » par ce qu’une personne qui avait assisté à un de ses spectacles à Paris, lui a signalé que « la Martinique n’était pas un pays ». Pire, une bonne partie des paroles en créole ont été remplacées en français. Le citoyen d’honneur de la ville de Saint-Pierre venait de dénaturer un monument de la chanson martiniquaise : une biguine de Saint Pierre. Pour plaire au Président?

On peut supposer que  Monsieur DI FALCO, artiste professionnel, n’a pas fait le déplacement gratuitement. Si, il a été payé, c’est sans aucun doute avec des fonds publics. Lesquels : ceux de l’Elysée ? De la ville de Saint-Pierre ? Y-a-t-il eu un donneur d’ordres. Qui? l’Elysée ? La ville de Saint-Pierre ? On peut penser que c’est l’organisateur, le responsable de cette manifestation donc le Maire de Saint Pierre. Dans ce cas, ce dernier, aurait dû s’assurer que l’argent public soit respectueusement dépensé et non jeté aux orties, quand on sait qu’il est tellement rare. Donc, avec l’argent des Piérrotins, des Martiniquais, des Amoureux de la Musique martiniquaise, le Maire de Saint-Pierre aurait contribué, voire payé pour qu’une œuvre Piérrotine et martiniquaise connue internationalement, soit dénaturée et spoliée.

Nous notons qu’il n’a pas levé le petit doigt pour défendre le « citoyen d’honneur » de la ville de Saint Pierre. Non, il a seulement dit avoir été : « un peu choqué parce que j’ai trouvé que c’était inutile»

Rajoutant :« Ce que je déplore c’est la violence sur les réseaux sociaux, que les gens utilisent comme défouloir sur n’importe quel sujet » (FA du 8/10/2018). Parce que pour le Maire, dénaturer l’œuvre d’un artiste c’est «un sujet mineur qui ne méritait pas l’importance qu’on lui a donné »

Courageux comme pas deux, Il se lave les mains. Ce n’est pas lui ; à l’entendre, il serait une victime.  La victimisation c’est une forme de manipulation dont il a le secret.

Les Piérrotins se demandent encore qui est le vrai responsable de ce sacrilège, de cette honte, de cette sombre manipulation ? Le Maire, manipulateur mais pas responsable ? ou l’Artiste, responsable mais pas coupable  ?

Ce qui nous insupporte le plus c’est la vacuité, la légèreté, l’insignifiance de la gestion du Maire.

Le Maire « en marche »

Si cette visite présidentielle n’était pas privée mais publique, les Piérrotins ne comprennent pas pourquoi notre président ne soit pas reparti, les bras chargés de dossiers tellement la situation de la ville est catastrophique. Pas besoin de faire de grandes écoles pour voir l’évolution des communes voisines par rapport à Saint-Pierre.

Les Piérrotins ne sont ni ‘’Kouyon ni Tèbè’’, ils savent que le Président est venu dans la ville « d’art et d’histoires » pour «promouvoir» l’image du seul Maire abordable « en marche » en Martinique. Beaucoup de Piérrotins, comme d’autres d’ailleurs, sont déçus par les hommes politiques et par la politique mais ils ne sont pas dupes de l’enfumage médiatique chronique du Maire, qui s’emploie à détourner leurs regards de l’échec de sa gouvernance :

le programme, : Chacun pourra très facilement vérifier que le compte n’y est pas.

La réconciliation : Les Piérrotins sont déçus, amers, plus que jamais divisés. Tout un chacun se rappelle des promesses pieuses mais vaines concernant cette réconciliation

L’administration communale, : « l’actuel fonctionnement qui est un non fonctionnement » constat sévère, très sévère du Directeur des Services Techniques, technicien hautement qualifié et expérimenté, démissionnaire qui a considéré, à juste raison que : « ne pas réagir serait une faute professionnelle de sa part. »

La communication du Maire : « arrogante et méprisante ». Rejeté pars ses pairs de Cap Nord à qui il a sollicité à trois reprises une vice-présidence sans succès La relation conflictuelle, perfidement entretenue, avec la CTM. Nous avons pu suivre, effarés, sur les réseaux sociaux et médias, l’insignifiance de ses échanges avec des partenaires financiersaussi importants. La gestion des chantiers, pour la plupart, à l’arrêt, bêtement pour « insécurité financière » qui va générer de très importants intérêts moratoires et frais de pénalité notamment ceux relatifs à la location de l’échafaudage non utilisé pendant 15 mois, et qui s’élèvent à environ 162 300€ supplémentaires. Encore un exemple de bonne gestion du maire au détriment de Saint-Pierre et dans le dos des Pierrotins.

Les finances de la ville, : L’expert, payé pour réaliser l’audit, a lui-même considéré que les dépenses effectuées entre août 2015 et janvier 2018, d’un montant égal au « déficit trouvé » sont entrain de provoquer la faillite de la Ville. D’après le Préfet de la Martinique, « le compte administratif 2017 présente un déficit important et a fait l’objet d’une saisine de la Chambre Régionale des Comptes. Son avis définitif devra être présenté au conseil municipal. »

La situation générale de la ville, : si d’après le Maire « la situation est paradoxale : peu de moyens et des challenges énormes », faut-il lui rappeler qu’il a été dans la majorité de LPC pendant 3 ans et 14 ans dans l’opposition de son prédécesseur. Il a dilapidé le peu de moyens et a dénaturé volontairement les challenges.

Mario MARQUET Jacky ESPARTERO

Conseillers municipaux

Saint Pierre le 8 octobre 2018

Le devoir d’information, d’explication et de clarification de l’Elu pour servir l’intérêt général des Piérrotins.