Communiqué – Parc Naturel de la Martinique | Ce Mardi 9 Avril 2019, le Comité du Parc Naturel de la Martinique s’est réuni ; à l’ordre du jour, le vote du budget. Il est surprenant qu’en amont d’échanges constructifs pour l’élaboration de ce budget, des informations erronées soient diffusées via les réseaux sociaux. On peut s’interroger quant au but recherché par cette démarche ce d’autant, que ledit budget 2019 a été voté à l’unanimité des élus présents moins 7 abstentions. Ils sont où ces pseudos élus vigilants ?

Si le Budget Primitif 2019 du Parc fait apparaître un bilan de – 277 000 € en fonctionnement, le compte administratif lui, révèle un excédent budgétaire de plus de 3 millions d’euros !

S’agissant de l’héritage, il est loin d’être reluisant. 960.000 € de factures impayées fin 2015 et un grand nombre de fournisseurs mécontents. En réalité, entre 2010 et 2015, le PNM a mené des actions qui ont multiplié par 2,4, les charges de fonctionnement. La hausse de charge a été compensée jusqu’en 2014 par les hausses de contribution de l’Ex Region. Ceci a entrainé une augmentation des charges fixes qu’il faut aujourd’hui résorber à cause de la diminution générale des dotations allouées aux Parcs Naturels. Une gestion donc, loin d’être exemplaire.

Quant au projet UNESCO, il a l’air de contrarier les anonymes de service, grands spécialistes de l’infox. Comme le précise le Ministre de la Transition Ecologique conformément à la procédure adoptée par le Comité du patrimoine mondial, le dépôt des candidatures est désormais limité à un seul dossier par Etat par an. Le dossier retenu par le Président MACRON pour 2019 est celui du Phare de Cordouan (estuaire de la Gironde) qui figure d’ailleurs la liste indicative de l’UNESCO depuis le 1er février 2002. Pour autant, cela n’enlève rien à la qualité du dossier de candidature de la Martinique qui vient d’obtenir en janvier 2019 le label national de Forêt d’exception et, dors et déjà, le soutien du Ministre d’Etat (voir PJ). Alors, plutôt que de se réfugier dans des manœuvres mesquines et lamentables, unissons-nous pour transformer ce soutien en consécration.

Louis BOUTRIN Président du Parc Naturel