C’est le « Nouvel Obs » qui le rapporte. selon une source Touareg proche des négociations, « Les otages français sont vivants. Mais ils sont fatigués, pour certains épuisés ou malades ». Enlevés à Arlit au Niger le 16 septembre 2010, les quatre otages français – parmi lesquels le martiniquais Thierry Dol – sont sans cesse déplacés par leurs ravisseurs, qui cherchent à échapper aux recherches et aux attaques potentielles, dans le massif des Ifhoras où ils se trouveraient toujours.