« Nos enfants ne sont pas des criminels (…) ils ne méritaient pas d’aller en prison pour une bêtise ». Les mères des deux adolescents exclus du collège Julia Nicolas sont encore sous le coup.

Le jeune homme qui avait agressé son professeur pour tenter de récupérer son portable confisqué, et sa camarade qui filmait et commentait la scène, ont été placés en garde à vue mardi soir, pour être entendus par les enquêteurs suite à la plainte déposée par l’enseignant.

Une mesure qui intervient peu après l’exclusion définitive des deux jeunes de leur collège,  et qui fait débat. Une nuit de garde à vue était-elle nécessaire ? « L’opinion publique », comme l’appelait l’une des mères ce mercredi matin, semble plutôt favorable à des mesures sévères. Mais serviront-elles véritablement de mise en garde aux futurs candidats aux dérapages dans leurs établissements ?

@polpubliques