L’équipe réunie autour de Marcellin Nadeau présentait sa démarche à la presse le vendredi 3 septembre 2015 à Schoelcher. Dans la salle, des citoyens sans étiquettes, mais également des proches de mouvements nationalistes (CNCP, GRS, MODEMAS, MIM).  »Nou Pep La » souhaite représenter la « majorité sociale » de la population. C’est un « changement de paradygme » que souhaitent les militants. « Pas un cartel d’organisations politiques mais un mouvement citoyen qui se réunit depuis de nombreux mois, avec ses propres instances, pour imaginer et construire ensemble une alternative citoyenne qui prenne le contre-pied de la bipolarisation de la vie politique actuelle » selon la tête de liste, qui indique également que cette liberté n’empêche pas les liens du mouvement avec des partis existants.

« L’appareil politique, c’est le peuple ! » estiment les membres de la coordination, qui veulent désormais faire cesser une « bipolarisation stérilisante pour le pays« .   »Nous voulons de la transparence sur la gestion des affaires publiques mais aussi de la participation des citoyens. Il y a déjà dans les lois françaises de nombreuses mesures que nous pouvons mettre en oeuvre en matière de démocratie participative. Nous innoverons encore si nécessaire en la matière« .

Deux outils de base devraient constituer le socle de la démarche engagée : Un manifeste et un programme de 50 actions pour les 5 ans de mandature. Objectifs : « Retrouver les valeurs et « ré-enchanter » la politique« . Des valeurs également affichées par une autre liste « Martinique Citoyenne » conduite par Nathalie Jos, avec laquelle Marcellin Nadeau a indiqué avoir eu des échanges « intéressants », avant que chacun ne choisisse de reprendre sa propre campagne.

@polpubliques