Tribune – Pierre-Alex Marie-Anne - Je ne suis ni autonomiste ni indépendantiste , je n’irai donc pas voter, une nouvelle fois, le 13 Décembre prochain.

L’argument qui nous est servi par le représentant de la Droite ne tient pas la route ; il repose pour l’essentiel sur la déclaration  du leader du MIM  selon laquelle « On nous a élus pour mettre en place la CTM et rien d’autre. Ni pour mettre en place l’autonomie, ni l’indépendance. On ne saurait nous imposer une troisième voie sans consultation populaire ». Ce dernier point n’est, en réalité , qu’ une évidence car Constitutionnellement ,il est impossible de faire différemment.

Par contre , il faut être bien léger pour se rassurer à si bon compte ; s’imaginer qu’avec sept malheureux élus au maximum  ( à condition encore  que le corps électoral suive) on puisse infléchir  l’action d’une majorité , qui par définition  sera  constituée ,règle de la  majorité absolue oblige,  au minimum  de  26-7= 19 conseillers territoriaux aux ordres d’ un tout puissant Président-Chef de l’Exécutif , relève  du plus  pur infantilisme.

Ce nouveau″ Deus Ex Machina‟ n’aura  qu’une idée en tête ,c’est d’utiliser  les énormes pouvoirs dont il disposera (maîtrise de l’Administration, d’un  Budget gonflé de tous les sous-budgets  de feu l’Aide Sociale Départementale  et du fonctionnement  de l’Assemblée ) pour faire avancer la revendication d’indépendance dont il est le chantre , la cause à laquelle il a voué sa vie , à l’heure  où l’horloge  pour lui  commence à  résonner. S’il ne le faisait pas, ce serait le dernier des imbéciles , or l’on peut reprocher tout ce que l’on veut à AMJ mais sûrement pas  d’en être un -Rhaï chien dit dents i blanc .

Bien sûr, rien ne se fera au grand jour , mais  bien subrepticement, en catimini ,  jour après  jour : on a déjà vu les ravages que peut provoquer  sur la conscience de nos maires, pourtant endurcis,  la crainte d’être exclus de la distribution de la manne financière ( le revirement spectaculaire  des anciens affiliés du RDM  est là pour  en témoigner), alors que penser de l’impact  sur le simple citoyen  de cette nouvelle donne institutionnelle !

On  lui fera bien sentir, soyez-en assurés , en toutes occasions  à qui il doit de percevoir  (  avec une belle lettre dédicacée par qui vous savez, assortie pourquoi pas – cela s’est déjà fait dans le passé- d’un fractionnement des versements pour mieux l’assujettir ) à qui il doit  de percevoir ce que, naïvement ,il croyait détenir  de sa qualité de citoyen de la République française.

Et surtout qu’il n’aille pas s’imaginer que les Médias voleront à son secours, ils ont bien trop à perdre pour risquer de mécontenter les puissants du jour .

Alors cessons de nous faire des illusions , autonomistes ou indépendantistes ,c’est du pareil au même ! la différence n’est qu’une question de  tempo ; nous n’avons pas à leur faire la courte-échelle, laissons-les continuer à s’entre-dévorer.

Faut-il pour autant s’associer au concert d’imprécations qui s’abat ces jours -ci  sur les chefs de files de la Droite traités de tous les noms d’oiseaux ?

Ce serait injuste et surtout très hypocrite  car les plus  virulents ,  en l’occurrence ,sont ceux-là même qui ne trouvaient rien à redire aux conditions de création de la CTM  ni aux dispositions législatives qui l’ont consacrée. Il ne fallait surtout pas porter ombrage au chef suprême , en dépit de son peu d’inclination démocratique.

Ils n’ont jamais voulu voir  , malgré tous les avertissements qui leur étaient prodigués , que le régime juridique défini par la Loi du 27 juillet 2011 portait en germe les pires déconvenues :

une majorité artificielle , enfantée par une prime majoritaire excessive et  aggravée de surcroît  par le dispositif de remplacement des conseillers nommés au Conseil Exécutif  (20 conseillers  sur les 51memres que comptera l’Assemblée  n’auront pas été choisis directement par les électeurs  -POUTINE  n’aurait pas fait mieux) ,  ce même Exécutif de composition monocolore dont l’opposition est totalement  exclue , une Présidence à deux têtes  qui pourrait réserver des surprises, un mode de scrutin si  alambiqué  que l’électeur  ne sait pas, en définitive, pour qui il a voté ( la Guyane étant préservée de ces trois  derniers travers grâce au maintien du système actuel de la Commission Permanente et de la fixation  au préalable du nombre d’élus de chaque section).

Tout ceci, dans le contexte d’une  Assemblée Unique  sur un si petit territoire où il n’existe aucune autre alternative véritable de Pouvoir local , aussi bien politique que médiatique ,  revient au bout du compte  à livrer la population pieds et poings liés à la domination, sans partage ,d’un clan ultra-minoritaire.

Et c’est à un pouvoir de Droite que  nous devons  cette admirable  invention ! , sans qu’à aucun moment ses représentants sur place ne se soient élevés pour refuser l’inacceptable ;  ceux  qui aujourd’hui agitent allègrement  le spectre de la trahison devraient  donc  commencer par balayer devant leur porte .

On  mesure aujourd’hui les conséquences  de cette lâcheté : c’est pour tenter d’échapper au piège mortel qui s’ouvrent devant eux que ces mêmes représentants aux abois  sont amenés, , toute honte bue  et en faisant courir  des risques insensés à notre île  à pactiser, à leur corps défendant , avec″ le diable″.

Parodiant une chanson célèbre ,ils n’auront ni mon vote ni ma liberté de penser et, comme il m’arrive d’entendre en conclusion  d’une  certaine émission TV : « Dieu sauve la Martinique !

Pierre Alex MARIE-ANNE