Exclusif abonnés – Politique | Les tensions entre Alfred Marie-Jeanne et Jean-Philippe Nilor avaient commencé à la veille de la campagne pour la collectivité territoriale de Martinique. Les réunions du G20 menées dès 2014 avaient laissé penser que le vieux lion allait devoir capituler. Mais il n’en avait rien été. Candidat envers et contre tout, Alfred Marie-Jeanne avait par sa ténacité déstabilisé le fragile édifice des « jeunes » pressés qui entendaient assurer sa relève. Et toujours envers et contre tout, avait réussi à se hisser au pouvoir de cette nouvelle collectivité avec l’appui de la droite martiniquaise. Après des mois d’un exercice contesté du pouvoir, après des mois de tensions avec son dauphin, la campagne samaritaine aura sans doute…

L’accès à l’intégralité de ce contenu est payant ou réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Connectez-vous ici

S’abonner à Politiques-Publiques

Accédez à nos contenus payants en souscrivant un abonnement.

à partir de 5€ / MOIS

Voir les offres