Conférence de presse improvisée pour Serge Letchimy à l’hôtel de Région le vendredi 19 novembre 2014. La veille, le président a introduit un amendement surprise à son propre projet de budget 2015, proposant de réserver la somme de deux millions d’euros pour financer l’opération « migration-retour ». L’objectif, permettre à de jeunes martiniquais de moins de 35 ans munis de projets d’entreprises viables de rentrer « au pays » pour à la fois contribuer au développement économique, mais surtout pour aider à la repopulation du département.

Car si le thème du vieillissement de la population revient souvent dans les discussions, les chiffres de ce phénomène sont rarement avancés. Et ils existent pourtant : de 399.000 habitants en 2006, la Martinique est passée à 390.115 en 2014. Et le phénomène devrait se poursuivre, avec une perte d’environ 1500 habitants par an sur les 25 prochaines années. Une perspective inquiétante selon le président de région, qui pointe du doigt les effets économiques catastrophiques de ce vieillissement et de cette diminution : baisse de la masse de pouvoir d’achat, augmentation des dépenses publiques sociales et de santé, orientation des politiques publiques en direction de ces besoins, et au détriment des jeunes…

C’est selon ses propres termes un « électrochoc » que Serge Letchimy tente de créer avec cette initiative. Et le président de région ne s’arrête pas là : Serge Letchimy se dit également ouvert à davantage d’ouverture de la Martinique à l’immigration. Et même s’il récuse le terme « d’immigration choisie » prônée en son temps par Nicolas Sarkozy, c’est bien à une immigration « productive » [ndlr : le terme est de la rédaction] que semble penser le locataire de Plateau Roy, qui n’a pas détaillé les modalités de ce futur projet.

Côté opposition, le vote à l’unanimité de « l’amendement Letchimy » n’empêche pas vigilance et regard critique. Daniel Marie-Sainte, chef de file de l’opposition « patriotes », indique qu’il s’agit d’ « un projet que les patriotes avaient mis dans leur programme dit « Projet Martinique » élaboré en vue de la Consultation du 10 janvier 2010 sur la Collectivité Unique autonome dans le cadre de l’article 74. » Un article 74 combattu par le PPM et ses alliés, et qui aurait seul permis cette disposition. Daniel Marie-Sainte dénonce donc un effet d’annonce autour de ce projet que le président de région ne serait pas en mesure de mettre en oeuvre dans le cadre de l’article 73 de la constitution.

@polpubliques

Les modalités envisagées du dispositif Migration-Retour

Réservé aux jeunes martiniquais de moins de 35 ans / Aide 15000€ sans condition dès validation du projet / Prise en charge à 50% du loyer de l’activité durant deux ans (plafonnée) / Prise en charge de 50% du loyer personnel durant deux ans (plafonnée) / Accompagnement global de la région sur les aides aux entreprises (europe, aides aux tpe, Fd de garantie etc)