Il sont venus, ils sont tous là. MIM, PALIMA, RDM, PCM et CNCP sont côte à côte ce samedi 18 octobre 2014 à l’Impératrice, pour afficher leur union, préparer le grand meeting du 26 octobre 9h30 au Hall des sports de Ducos, et surtout annoncer que c’est ensemble qu’ils se présenteront aux électeurs pour l’échéance de décembre 2015.

Ils sont donc tous là…ou presque. Le Député du Sud Jean-Philippe Nilor (MIM) n’est pas là, retenu par d’autres obligations. Pas plus que Bruno Nestor Azérot, un allié clef. Sans même parler des leaders du Modemas Garcin Malsa ou Marcellin Nadeau avec lesquels la température s’est rafraîchie depuis les municipales de mars, durant lesquelles Alfred Marie-Jeanne était allé apporter son soutien à un opposant de l’ancien maire de Sainte-Anne.

Mais pour les présents l’essentiel n’est pas dans « ceux qui ne sont pas là », et qui « vont nous rejoindre ». L’essentiel est dans l’exemplarité de l’alliance qui est proposée aux martiniquais. Et face à ce qu’ils considèrent être des errances politiques et de gestion de la majorité régionale, Alfred Marie-Jeanne (MIM), Claude Lise (RDM), Francis Carole (PALIMA), Edmond Mondesir (CNCP) et Georges Erichot (PCM) opposent les valeurs de leur rassemblement : leur expérience passée à la tête des principales collectivités de l’ile, la responsabilité collective au service des martiniquais, et un projet alternatif pour sortir des « grenouillages » de l’actuelle majorité, et de « l’allégeance à un seul homme » [ndlr Serge Letchimy].

Les anciens leaders du « rassemblement martiniquais pour le changement » sont donc déterminés à partir ensemble à ce que Francis Carole appelle « la mère des batailles ». Mais le contexte est difficile. Le Président de région et du PPM a affiché il y a quelques jours l’unité au sein de son alliance « Ensemble pour une Martinique Nouvelle ». Et face à cet adversaire lui aussi déterminé, le « rassemblement » des patriotes et de leurs alliés semble encore hésitant. La question de la tête de liste reste en suspens. L’appel – de fait – de Bruno Nestor Azérot en faveur d’un rajeunissement pourrait-il être entendu ? Et sans ce rajeunissement, les absences d’aujourd’hui feront-elles place à l’indispensable unité ?

@polpubliques

Photo : Palima