Exclusif abonnés – Société – Politique | A l’occasion du sommet de l’Association des Etats de la Caraïbe à Cuba, le samedi 4 juin 2016, le président du conseil exécutif de la Martinique Alfred Marie-Jeanne a réaffirmé dans une déclaration en assemblée plénière son opposition au concept de « réparations », lui préférant celui de « aide au développement ». Un positionnement à contre-courant en premier lieu au sein même de l’AEC, dont la plupart des dirigeants bataillent, Saint-Vincent en tête, pour des réparations notamment financières. Mais un positionnement à contre-courant également de celui d’une large frange des milieux indépendantistes martiniquais qui adhèrent en la matière au combat mené depuis plus de 16 ans par Garcin Malsa et le Mouvement International pour…

L’accès à l’intégralité de ce contenu est payant ou réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Connectez-vous ici

S’abonner à Politiques-Publiques

Accédez à nos contenus payants en souscrivant un abonnement.

à partir de 5€ / MOIS

Voir les offres