Les discussions sont achevées, et les décisions prises dans tous les camps susceptibles d’être présents au second tour. Marcellin Nadeau et ses colistiers ont choisi. Ni fusion ni consignes de vote pour Nou Pep La.

Le rapprochement était perceptible durant la campagne, où les deux candidats ont pris soin de ne pas se porter d’attaques mutuelles : les listes d’Alfred Marie-Jeanne et de Yan Monplaisir ont décidé, au terme d’une nuit de négociation, de fusionner pour faire face à Ensemble pour une Martinique Nouvelle. En cas de victoire, Claude Lise qui occuperait la troisième place de la section nord, derrière Yan Monplaisir, obtiendrait la présidence de l’Assemblée de Martinique, Alfred Marie-Jeanne occupant lui la présidence du conseil exécutif.

L’objectif des deux listes : empêcher à tout prix Serge Letchimy et Ensemble pour une Martinique Nouvelle d’accéder à la direction de cette nouvelle collectivité.  Un objectif « anti » qui a du mal à convaincre dans les deux camps, certains militants étant interpellés devant un « grand écart idéologique ». Ce faisant, et même si l’arithmétique ne fait pas une élection, Alfred Marie-Jeanne augmente ses chances d’accéder de nouveau au pouvoir. Yan Monplaisir de son côté enterre – comme Pierre Petit avant lui – la renaissance d’une troisième force politique en Martinique, malgré une campagne et un premier tour où il avait recueillis de très bons résultats.

Interrogé par Martinique 1ère, Rodolphe Désiré, président du comité de soutien à Serge Letchimy a dénoncé « l’alliance de la Brute et du truand », en référence au film « le bon, la brute et le truand ». Reste à savoir l’accueil que réserveront les électeurs à cette alliance particulière.

@polpubliques