Tribune – Marcellin Nadeau | LYCEE SCHOELCHER : ENTRE OMBRE ET LUMIERE ou POUR LA CLARTE DU DEBAT ET LA CONSTRUCTION DE L’UNITE  | La question du lycée Schœlcher, au travers de sa reconstruction et de son déplacement transitoire, est  l’objet d’âpres discussions, de contradictions  voire de tensions entre la communauté scolaire, le rectorat et la collectivité territoriale de Martinique. Les tensions qui persistent entre les  forces politiques rivales au sein de la CTM prévalent sur la recherche d’une solution valable, rendant plus difficile un choix consensuel par les élèves, les parents et les syndicats.

Cette situation est, de toutes les façons, préjudiciable à l’ensemble de la Martinique compte tenu des effets dévastateurs sur de nombreux plans :

-     politique tout d’abord, parce qu’elle entretient dans l’opinion publique l’idée que les élus ne privilégient pas les intérêts supérieurs du pays

-     économique ensuite, car les remises en cause successives, ont entrainé des investissements colossaux réalisés sous la direction des majorités successives et ont impacté fortement la possibilité d’agir efficacement dans l’intérêt des contribuables.

-      humain surtout, puisque les élèves, les parents, les enseignants et le personnel administratif  sont plongés dans l’incertitude et, se sentant déplacés comme des pions, subissent un stress qui aura assurément des conséquences néfastes sur  les conditions de travail et les résultats scolaires.

Dans ce cas précis, l’absence d’explications valables génère des frustrations et renforce les divisions entre les différentes communautés scolaires, éloignant la volonté de construire ensemble et dans la concertation une politique éducative pour l’ensemble de notre pays. Tout cela étant pris en compte et analysé, nous devons nous interroger en toute sérénité sur les vrais raisons de la discorde.

Nou Pep La, mouvement pour une alternative  citoyenne, solidaire et écologique, après avoir écouté les différents acteurs de la Communauté Scolaire du Lycée Schœlcher, estime que les crispations doivent être dépassées pour faire prévaloir une concertation et un débat sereins, mettant en avant  l’exigence d’unité de notre peuple et les véritables enjeux de l’éducation, du bien-être mental et de la sécurité.

NOU PEP LA suggère que la Communauté Scolaire du lycée organise un débat citoyen participatif (ouvert à toute la population) concernant :

  • Le caractère urgent  avéré (ou non) du transfert, de la démolition et de la reconstruction.
  • Les dangers et les risques liés à la  sécurité qui pèsent sur la communauté intra muros, mais aussi sur les sites prévus pour la transition.
  • L’analyse des conséquences humaines directes ou collatérales des choix possible.
  • L’impact économique de chacune des hypothèses envisageables.

Le secrétariat de NPL le 13 juin 2016

Remerciements photo : People Bô Kay