Deux accidents survenus ces derniers jours à Schoelcher et au Carbet relancent le débat autour du désenclavement du Nord Caraïbes. Plusieurs maires se mobilisent et souhaitent être entendus de la CTM et de Cap Nord. 

« Nous soussignés, Maires des villes de Carbet, Fonds Saint-Denis, Morne Vert, Morne Rouge, Prêcheur et Saint-Pierre, voulons attirer l’attention des dirigeants de la Collectivité Territoriale de la Martinique et de la Communauté d’Agglomération du Pays Nord Martinique sur la situation d’enclavement singulière et dangereuse des villes du Nord Caraïbe.

L’accident survenu le vendredi 14 octobre vers 15H à Fonds Lahaye, interrompant la circulation automobile pendant près de six heures, a démontré, une fois de plus, qu’il est temps d’agir.

En effet, la seule alternative pour les administrés du Grand Nord Caraïbe qui veulent rejoindre leur domicile est, dans de telles circonstances, d’emprunter la route de La Trace.

Or, en aucun cas la route de La Trace ne peut être considérée comme voie de délestage pour le Nord Caraïbe : Etroite, sinueuse, soumise au brouillard par temps de pluie, elle est particulièrement dangereuse la nuit et, de fait, interdite aux poids lourds.

En conséquence, nous en appelons aux instances de gouvernance de la C T M et de CAPNORD pour lever les obstacles au développement harmonieux du Nord Caraïbe que sont le sous dimensionnement des réseaux routiers et la non organisation du transport collectif.

Pour améliorer les conditions de vie quotidienne et assurer la sécurité de la population de notre territoire soumis aux risques volcanique et de tsunami, la résorption du goulot d’étranglement de Fonds Lahaye, la protection contre la houle de la RN 2 entre Saint-Pierre et Le Carbet, la sécurisation de la route de La Trace, la réouverture de la départementale N° 1 entre Fonds Saint-Denis et le Gros-Morne et l’ouverture de la route reliant Fonds Saint-Denis et Saint-Joseph par Cœur Bouliki, sont des solutions à mettre en œuvre sans délai.

Nous en appelons également à la recherche de solution pour le franchissement de la rivière Des Pères qui, à chaque crue, isole la ville du Prêcheur et les quartiers nord de la ville de Saint-Pierre du reste de la Martinique.

A cette fin, nous sollicitons, au plus tôt, une réunion de travail avec les dirigeants de la CTM et de CAPNORD. »

Signataires : Jean Claude ECANVILLE. Henri ROMANA. Lucien SALIBER. Jenny DULYS PETIT. Marcellin NADEAU. Christian RAPHA 

Photo JMK / Christian Rapha, l’un des signataires, à Saint-Pierre en août 2016