Franck Sainte-Rose-Rosemond, fondateur de l’association « Les Ateliers Schoelchérois » et Giliane Marty Augustin-Lucile, vice-présidente, nous ont présenté la démarche, et le 1er atelier Schoelchérois qui aura lieu à Madiana le 23 juin prochain.

Politiques Publiques : Vous avez longtemps travaillé aux côtés d’élus, à Fort-de-France ou à la CACEM…vous avez attrapé le virus du pouvoir ?

Franck Sainte-Rose-Rosemond : C’est un virus au ralenti alors ! Je n’ai pas le sentiment d’entrer en politique mais simplement d’assumer davantage qu’avant mes facultés de citoyen ! Cette initiative a plus à voir avec le fait que j’ai 49 ans, que je vis à Schoelcher depuis plus de 22 ans, que mes enfants y sont nés, et que ce qui s’y passe me concerne directement en tant qu’habitant et contribuable.

PP : Vous n’êtes pas né à Schoelcher, vous n’avez pas peur que ce soit un handicap ?

Franck SRR : Peut-être que ça le sera pour certaines personnes. Moi j’ai un regard ouvert sur ces questions, j’invite les gens à regarder avant tout l’engagement et l’authenticité. Pour moi le schoelchérois est celui qui aime son lieu de vie, qui assume ses obligations, et qui veut prendre part à la vie de sa commune. Et cela qu’il soit né là, ou qu’il y réside depuis seulement quelques années. Pour vous donner un exemple, j’aime bien Fond Lahaye. J’y ai de la famille et j’y ai vécu d’ailleurs, non loin des écoles. Mais je n’ai pas besoin d’être né à Fond Lahaye pour voir qu’il faut améliorer les aménagements, et permettre aux pêcheurs de trouver un nouveau souffle. Mes enfants font aussi de moi un schoelchérois, mais c’est surtout moi qui ai fait le choix de venir y vivre bien avant qu’ils ne naissent !

PP : Comment est organisée l’association, et qui la compose ?

Giliane Marty Augustin-Lucile : Elle a été créée avec des personnes comme nous. Motivées ! (rires). Des femmes, des hommes, des jeunes et des moins jeunes (nous avons des adhérents de 18 à 72 ans !), des travailleurs, des étudiants, des retraités, des dirigeants d’entreprise, … . J’anticipe la question, mais nous n’avons pas de couleur politique et ne sommes sous la coupe d’aucune organisation. Pour l’instant nous sommes une trentaine mais chaque jour de nouveaux adhérents séduits par le projet nous rejoignent (c’est déjà possible en ligne). Je ne vais pas vous citer tous les noms ici, mais je vous invite à consulter notre page facebook https://www.facebook.com/lesateliersschoelcherois. Pour ma part je suis vice-présidente de l’association, je vis à l’Enclos, travaille sur le campus de Schoelcher.

PP : Quel est l’objectif des Ateliers schoelchérois ?

Giliane AL : Nous voulons « rendre la ville à ses habitants ». Dit comme ça ça fait un peu révolutionnaire ou utopique, mais nous voulons vraiment changer la méthode par laquelle les schoelchérois contribuent à leur collectivité. Tout le monde parle de démocratie participative, certains l’effleurent à travers quelques réunions. Nous, nous la pratiquons déjà aujourd’hui, à travers ces ateliers. Et demain, nous, habitants de Schoelcher, disposerons de véritables leviers directs pour agir de manière régulière sur notre cadre de vie, voire de travail.

Franck SRR : Giliane a raison. Nous voulons réintroduire le citoyen dans des espaces de gestion de l’action publique, qu’il ait son mot à dire, et même des décisions à prendre au cours de la gouvernance, pas seulement lors des élections. C’est possible. Nous l’expérimentons dans notre association où le président n’est pas un chef suprême et où les adhérents ont de vrais espaces de décision. Et nous pensons qu’il est possible d’appliquer ces méthodes et certains autres outils à la gouvernance municipale. La mobilisation citoyenne nous éloigne des préjugés idéologiques et des préoccupations carriéristes. Elle permet de construire des propositions alternatives concrètes et fidèles aux attentes majoritaires des habitants.

PP : Comment s’organise un Atelier ?

Giliane AL : Lors des ateliers, les schoelchérois pourront s’asseoir autour de tables en petits groupes, et discuter de ce  qu’ils voudraient pour leur ville. L’objectif est que nous, schoelchérois, concevions par nous-mêmes le projet de ville de Schoelcher. Pas un projet technocratique mais un projet pensé par les habitants, pour les habitants, qui couvre tous les sujets qui comptent : solidarités, environnement, développement, sport, animations, gouvernance etc. Toutes les idées seront entendues, débattues et arbitrées entre schoelchérois. Elles figureront dans ce nouveau projet de ville.

PP : Qu’allez vous en faire de ce projet ? Aller aux élections ?

Franck SRR : Nous allons le mettre en oeuvre, d’une manière ou d’une autre ! C’est cela notre « truc » : faire !  Nous avons débattu de cette question au sein de l’association et décidé d’aller aussi loin que possible, y compris aux élections, parce que personne d’autre que nous ne défendra aussi bien que nous ce projet, et surtout ne le mettra en oeuvre comme nous l’entendons, avec des méthodes collaboratives.

PP : En parlant d’élections on vous a vu récemment avec Marcellin Nadeau. Il vous recrute pour la CTM ?

Franck SRR : C’est moi qui ai souhaité rencontrer Marcellin Nadeau, tout comme je rencontre progressivement des personnes qui comptent à Schoelcher ou sont liées à Schoelcher. Vous savez que nombre de familles de chez nous viennent du Prêcheur, d’où elles ont été chassées par l’éruption de la Pelée en 1902. Elles ont été installées à La Démarche, à Fond Lahaye, etc… Nous avons parlé de cela avec Marcellin. Je lui ai présenté Les Ateliers Schoelchérois qui l’ont beaucoup intéressé, nous avons évoqué le fonctionnement de Nou Pep La et l’expérience de la mairie du prêcheur en matière de participation. Nous avons parlé de valeurs, de respect, d’imagination pour développer de nouveaux projets communaux en l’absence de moyens financiers. C’était un bel entretien. Mais non nous n’avons pas parlé de la CTM en 2021. Les Ateliers n’ont pas de vocation hors de Schoelcher.

PP : Revenons justement aux Ateliers, le 1er aura lieu le 23 juin prochain…

Franck SRR : Samedi 23 juin de 14h à 17h au Palais des Congrès de Madiana pour partager « notre vision de Schoelcher ».

Giliane AL : Attention il faut bien préciser que pour des raisons d’organisation les schoelchérois qui veulent participer doivent absolument s’inscrire ici https://www.helloasso.com/associations/les-ateliers-schoelcherois/evenements/atelier-schoelcherois-n-1-votre-vision-de-schoelcher) ou appeler le 0696002238. Ceux qui ne trouveront pas de place pourront participer aux autres ateliers qui suivront dans les prochains mois.

@polpubliques | Propos recueillis le 15 juin 2018