Ces élections législatives n’ont pas fini de livrer leurs surprises. Au premier tour, Alfred Marie-Jeanne soutient Fabrice Dunon, et refuse son soutien à Philippe Edmond-Mariette, qu’il ira même jusqu’à qualifier de « revenant intéressé » en mai dernier, durant un meeting de Fabrice Dunon. Mais dans le même temps, les rattachements des candidats pour le financement des partis politiques indiquent que Philippe Edmond Mariette est rattaché au… MIM, depuis son dépôt de candidature en Mai 2017. Depuis, les résultats du 1er tour sont tombés, et c’est Philippe Edmond-Mariette qui a su se qualifier pour faire face à Josette Manin.

Alors pour le second tour, les stratégies évoluent. Le MIM et Alfred Marie-Jeanne se sont rabattus vers PEM, et provoquent la réaction de Fabrice Dunon. Dans un communiqué plus poétique que pragmatique, le candidat malheureux apporte un soutien « an ba fey » à Josette Manin, invitant les lamentinois à voter en faveur de « la candidature qui a servi notre ville avec constance et simplicité ». « Constance et simplicité »… pas de doute donc.

Dans cette ambiance cacophonique, une tendance lamentino-lamentinoise se fait jour, qui semble pencher vers l’ancienne présidente du conseil général. Sur les réseaux sociaux notamment, nombreux sont les sympathisants lamentinois du MIM, de BATIR, et les partisans de « LA RELEVE » de Fabrice Dunon à marquer leur préférence pour Josette Manin dans ces circonstances particulières. Une sorte de résistance lamentinoise, face à un autre lamentinois Philippe Edmond-Mariette, qui tente de contrebalancer les atouts de la candidature de l’avocat.

Car de son côté, Philippe Edmond-Mariette se pose désormais en challenger de poids.  Il bénéficie de soutiens très importants, mais très stratégiques, peut-être trop. Mais ses expériences passées de député, mais aussi de conseiller économique et social national jouent en sa faveur.

La bataille sera rude le samedi 17 juin dans cette circonscription, et préfigurera sans doute pour partie les municipales de 2020 au Lamentin, mais aussi au Robert…si Alfred Monthieux décidait de jeter l’éponge.

@polpubliques