Justin Pamphile est le 9ème colistier de la liste « Ensemble pour une Martinique Nouvelle » emmenée par Serge Letchimy pour ces régionales 2010. Le maire et conseiller général du Lorrain a accepté de répondre aux questions que lui ont posées nos internautes.

Le positionnement politique personnel

Qui devient Conseiller Général du Lorrain si vous êtes élu à la Région, puisqu’il semble que vous ne pouvez abandonner que le plus ancien mandat ?

En effet la loi impose l’abandon du mandat le plus ancien. Pour mémoire, l’élection cantonale devait se tenir en 2010. La multitude d’élections entre 2007 et 2008, a fait qu’il y a eu un décalage d’une année.
Je n’ai pas pour habitude de mettre la charrue avant les bœufs. Il s’agit aujourd’hui du renouvellement des élus du Conseil Régional. Personne ne connaît l’issue de cette élection et plus encore des candidats qui seront élus. Par conséquent il me semble prématuré d’aborder les choses de manière précipitée.
Le moment venu et une fois que le peuple ce sera prononcé nous verrons avec mon conseil municipal la conduite à tenir et bien évidemment tacherons d’être représenté au Conseil Général jusqu’à l’émergence de la Collectivité Unique.

Vous étiez encarté au RDM, soutenant l’action de Claude Lise au Conseil Général, pourquoi vous retrouvez-vous aujourd’hui sur une liste PPM ?

Je vous rappelle que je n’ai jamais été membre du RDM. Je suis simplement dans une majorité de gestion avec le Président Claude Lise.

Maintenant, nous sommes sur une autre élection et je ne vois en quoi ce choix remettrait en cause ma loyauté et mon engagement pour mon pays.
Vous avez une lecture du partenariat, du travail ensemble qui se résume immédiatement à un principe de féodalité. Je ne suis inféodé à aucun parti politique. Je suis divers gauche.

Monsieur Pamphile, pourquoi avant même de rejoindre la liste de Mr Letchimy, n’avez vous expliqué clairement les raisons de votre ralliement pour éviter des critiques dues, à un manque de clarté dans votre positionnement ?

Ralliement, clarté, critiques, que de mots qui ne reflètent pas mon positionnement et ma vision de l’avenir. Mon choix contrairement à ce que l’on pourrait croire n’a pas été un choix simple. Il est le fruit d’une longue réflexion avec mon conseil municipal et qui a aboutit a la décision que vous savez. Je ne roule pas en solo. Nous avons collectivement pris la décision de soutenir cette liste conduite par Serge Letchimy. De quelles critiques parle-t-on vraiment ? Mon choix est clair. J’ai choisi l’avenir, car il s’agit vraiment de construire le pays des 20 prochaines années.
Qui incarne le mieux le changement ? Qui incarne le mieux l’avenir ? À mon sens c’est la liste conduite par Serge Letchimy, « Ensemble pour une Martinique Nouvelle ».

Comment expliquez-vous la présence de Monsieur Daniel ANNONAY, l’un de vos adjoints, sur la liste conduite par Monsieur SAMOT. Est-ce le moyen pour le Lorrain d’assurer sa représentativité au sein du Conseil Régional ? Ou serait-ce le signe annonciateur de dissensions au sein de la toute fraiche équipe municipale ?

Daniel Annonay, est un membre à part entière de notre conseil Municipal en qui j’ai toute confiance. Il est directeur d’une structure majeure qui dans le champ de l’économie sociale et solidaire contribue au développement de ce Pays, particulièrement auprès des personnes âgées.

Daniel Annonay, n’est pas Adjoint à la Mairie du Lorrain. De plus il n’a pas reçu mandat pour représenter la ville sur quelque liste que ce soit. Il est donc sur la liste de Pierre Samot en tant que représentant de la société civile.

Enfin, Il n’y a aucun signe annonciateur de dissensions au sein du Conseil Municipal. Et puis s’il y en avait, la ville du Lorrain, comme d’autres avant elle saura gérer ce type de dysfonctionnement. Cela réjouirait plus d’un que l’instabilité règne et que le désordre altère notre volonté commune de poursuivre notre projet de ville. Nous travaillons pour la ville et chacun apporte sa contribution. Daniel Annonay apporte ses compétences. D’ailleurs, il est amené prochainement à prendre en charge au sein de la ville une responsabilité majeure pour nous. Par conséquent ne cherchons pas ici les problèmes qui n’existent pas.

Je préfère prendre le problème d’une autre manière. Si D A est élu et que je suis élu, la Ville du Lorrain sera bien représenté au sein du Conseil Régional. Ne pensez vous pas que le Lorrain et le Nord mérite une telle représentation ?

Histen Panfil, sé silon van latjé poul panché ?

De quel vent, souhaitez vous parlez ? s’il s’agit du vent de la victoire, je peux donc aisément concevoir que cette expression traduirait l’idée que vous vous faites de l’issue du combat dans lequel je me suis engagé et que peu être les autres seraient sous le coup d’un vent de défaite.
Je peux aussi certainement comprendre que cela puisse déranger si l’on conçoit qu’il valait mieux que la liste conduite par Serge Letchimy, soit mauvaise et ainsi justifiée au soir du 14 son échec.

Qu’il n’y ait aucune représentation équilibrée du territoire, du Nord au Sud et poursuivre un discours stérile autour de la focalisation sur la centralité foyalaise.

Hier, Aujourd’hui encore, le Nord a été totalement abandonné au profit d’un engagement déséquilibré du territoire et visible par tous.

Si le vent m’impose de porter ma participation pour le Nord et contribuer à faire souffler d’avantage le vent de la victoire j’accepte donc de m’être penché dans ce sens pour une certaine idée et philosophie que je me fais du développement équilibré d’un pays.

Je vous invite à nous rejoindre, au moins pour entendre nos propositions, car plus que se satisfaire d’un bilan je me suis engagé auprès d’une équipe qui se projette pour les 20 prochaines années. J’aurai 61 ans. Cela fait réfléchir.

Avez-vous conscience, à entendre les réactions dans les rues, que votre rapprochement avec le PPM a sérieusement dégradé votre image ?

Ah bon, mon image ? Pensez vous que je sois à me soucier de ma petite personne, de mon image alors que tant de Martiniquais souffrent.

C’est vraiment méconnaitre le sens de mon engagement pour mon pays. La volonté farouche de sortir de l’impasse de nombreuses familles qui attendent de nous, les élus, des réponses et des solutions concrètes.
La « maladie » du PPM serait elle si incurable, si contagieuse, qu’il deviendrait aujourd’hui infréquentable. Voyons, revenons à des choses sérieuses. La seule ambition que j’ai pour mon pays c’est d’être au sein d’une équipe résolument tournée vers le développement de la Martinique et singulièrement du territoire Nord abandonné depuis trop longtemps.
Pour ce qui concerne mon image dégradée, chaque matin dans le miroir je n’ai pas l’impression d’être un autre homme.

Enfin, La bonne image n’est-elle pas celle de servir son pays et la population plutôt que de profiter d’une rente de situation ?

Si par un curieux hasard, il s’avérait que la liste de Mme DE GRANDMAISON se retrouvait en très bonne position lors du deuxième tour des élections régionales, seriez-vous prêt à vous rallier au RDM, vous qui parliez d’opportunité et non d’opportunisme dans votre dernière interview dans FRANCE-ANTILLES ?

Si la liste de Madeleine de Grand Maison se retrouvait en bonne position, ce serait tant mieux pour eux et cela je le dis sans aucune amertume. Le peuple aura tranché et je respecterai son choix.

Mais vous l’avez dit vous-même : « un curieux hasard ». Je suis de ceux qui pensent que le hasard n’existe pas. Par conséquent inconsciemment vous subodorez l’issue du scrutin et que dans votre question il y a la réponse.

Je ne suis pas un marchand de tapis contrairement a ce que vous pensez et mon explication quant à la définition de l’opportunité en politique a pour moi tout son sens.

Je suis candidat sur une liste, je ne suis pas candidat à un marchandage de place d’autant que personnes ne sait l’issue du 1er tour.

Cette liste est candidate, les électeurs trancheront et pour ce qui me concerne, si mon combat au regard des résultats n’est pas au Conseil Régional, il se poursuivra pour la population lorrinoise et martiniquaise malgré cela.

La liste « Ensemble pour une Martinique Nouvelle »

Quelle crédibilité politique accordez-vous à cet attelage ? Puisque l’on a du mal à positionner cet ensemble hétéroclite sur l’échiquier politique.Quel lien idéologique ou même politique entre un « CHAUVET » et VOUS ou un « CRUSOL » et VOUS ? Je crois qu’en POLITIQUE comme dans d’autres domaines d’ailleurs on se doit d’avoir une ligne directrice, se fixer un cap…. sauf si…. vous vous cherchez.

Enfin, je suis sidéré, attelage ! C’est un terme qui renvoie aux chevaux. Mais regardez donc les autres listes. Ils ont tous fait comme nous le choix de l’ouverture. Alors, pour notre équipe « Y Pa bon » et pour les autres « Pa de problem, y bon ». Restons objectifs et soyons tolérant et acceptons que le combat politique soit d’abord un combat d’idées.

Je ne me cherche pas. Je l’ai dit et répété suffisamment pour que même ceux qui refusent d’entendre puisse le faire. Regardez dans l’histoire politique de notre pays, beaucoup de nos illustres prédécesseurs ont su dans leur choix donner un vrai sens a leur combat politique même quand ils ont été critiqués. D’autres par contre se sont en permanence contredits et ont par tous les moyens cherchés à faire oublier leur revirement.

Il y a d’autres attelages actuellement qui en 2008 n’en étaient pas. Au Contraire, la haine primait.

Il y a eu d’autres attelages en 2010 qui ont volé en éclat au soir du 24 janvier et cela semble n’avoir gêné personne, sinon que Garcin MALSA.

Arrêtons donc dans ce pays de toujours vouloir critiquer ce qui nous dérange et qui ne reflète pas nos choix et félicitons nous, qu’il y ait 9 listes susceptibles d’apporter le débat au plus profond des foyers martiniquais qui eux choisiront.

Il n’y a pas de clone en politique, il y a de la complémentarité et la liste de SL est complémentaire. CRUSOL comme CHAUVET ont des compétences qui ne sont pas les miennes mais qui mises bout à bout seront utile pour le Pays. Il s’agit d’un scrutin de liste, pas d’individualité

Avec qui faites-vous alliance aujourd’hui ? Que sera demain avec une équipe ou tous cherchent un mandat ? Un panier de crabes ? (…)

« ne regarde pas la paille qui est dans mon œil, regarde la poutre qui est dans le tien »

Quels degrés de confiance pouvez-vous accorder à Mr Letchimy dans la gestion de cette Collectivité, alors que l’on sait que la situation de Foyal n’est pas saine ? Les Lorrinois ne risquent-ils pas de voir augmenter leurs impôts au bénéfice de la ville de Fort de France via la région ?

Je connais Serge Letchimy. Je connais sa capacité de travail. J’ai travaillé avec lui à la CACEM au niveau professionnel. Je connais donc son degré d’implication dans chaque dossier et la confiance qu’il est capable de mettre dans ceux et celles avec qui il travaille. Par conséquent je n’ai aucune crainte pour l’avenir.

Je suis un peu perplexe que l’on puisse déplacer le débat régional sur la politique fiscal local. Et pire un impôt pour Fort de France. C’est méconnaitre profondément le fonctionnement des collectivités locales.

Sortons de la démagogie. Avançons. Faisons en sorte qu’il y ait une représentation équilibrée du territoire, du Nord au Sud et supprimons définitivement de vos discours cette idée stérile autour de la focalisation sur la centralité foyalaise.

Les projets

Le slogan de la liste sur laquelle vous êtes présent « Ensemble pour une Martinique nouvelle » m’interpelle. Etudiant sur la Métropole et profondément attaché au pays Martinique et à son développement. Pourriez vous m’expliquez ce que vous entendez par « Martinique nouvelle » ? Comment voyez-vous la Martinique de demain ?

Oui, il faut que notre pays change. Qu’il s’adapte à la réalité du monde qui avance. Comme vous j’ai été étudiant a paris Mon positionnement sur cette liste est aussi de faire entendre la diversité et la richesse de ce pays qui cumule une réalité à la fois urbaine et rurale, de manifester et d’exprimer cette double appartenance qui si elle n’est pas prise en compte conduirait à de grand déséquilibre dans le développement de notre pays. Ce qui est le cas aujourd’hui.
Si je comprends l’indispensable nécessité de procéder à l’urbanisation de la Martinique, je crois que la richesse de ce pays est dans la préservation de nos valeurs rurales, patrimoniales, culturelles et environnementales. Il est donc nécessaire de mettre en œuvre un véritable plan de développement rural à coté d’une urbanisation maitrisée.
Oui, je crois qu’agir à la région, constitue un véritable enjeu pour l’avenir, dans une perspective courte de préparation de la collectivité et de l’assemblée unique tout en écrivant un projet de vie pour les 15, voire 20 prochaines années au sein de la nouvelle collectivité future.

Une gestion nouvelle, des hommes nouveaux, des objectifs nouveaux, le développement martiniquais dans la caraïbe et l’Europe (économique, social, culturel, technologique, universitaire et de recherche) adapté au territoire

Bonjour Mr le Maire du Lorrain, ce sera quoi une Martinique Nouvelle ??? C’est certain, il y a beaucoup à faire : regardez rien que dans votre commune !!! le réseau routier par exemple : les trous de la route pour monter à fonds gens libres, fond grand anse, depuis des années les riverains attendent , vos administrés eux ne roulent pas tous en 4X4, des travaux commencés non achevés : rue François Mitterand à Séguineau : depuis de nombreux mois on a cassé la route pour réparer mais le béton n’est pas encore mis !! que font les responsables des équipes municipales, les panneaux de signalisation de sens interdit illisibles, des espaces verts très mal entretenus, etc., etc. etc. ……. et c’est pareil dans la plupart des communes de l’île. Aussi, au lieu de rendre des fonds européens, ou de les utiliser pour financer des écoles ailleurs, j’espère si vous êtes élu conseiller régional, vous veillerez à ce que tous les Martiniquais soient fiers de leur île qui est naturellement magnifique. Nous sommes un tout petit territoire, nous devrions être propres (comme en Suisse) Bonne chance !

Je n’étais pas maire depuis des années. Le 17 mars donne deux années que je préside à la gestion de la ville. Le débat n’est pas municipal. Pour plus d’informations sur mon engagement dans la ville je vous invite à assister au Conseil Municipal du 25 mars 2010.
La ville a investi cette année deux millions trois cent mille euros malgré la morosité générale. Soit 98 % de notre programmation budgétaire. Nous avons consommé 100 % des fonds européens qui nous étaient alloués. Engagés la réfection de tout le réseau routier, plus de 500 000 € en régie et plus de 160 000 € par des entreprises. 800 000 € pour l’église, un ossuaire réalisé, la 1ère tranche de la clôture du stade achevée, 19 hydrants réhabilités, 12 abris bus installées, un réseau de transport urbain et scolaire structuré. Tout cela en deux ans avec peu de moyens.

Ce qui nous anime c’est la ferme volonté de remettre, sans prétention, la ville au niveau d’une ville moderne. Ce n’est pas facile. Mais on s’accroche même quand certain, refuse de s’acquitter de l’impôt foncier alors que leur situation a été pendant des années mal évaluée.

Je sois favorable à la mise en œuvre et à la prise en compte d’une vraie équité du développement. Un territoire où l’effort en matière de créations d’emplois et d’activités soient soutenus et inverser une tendance au vieillissement de la population et a l’exode des plus jeunes.

Que vous permettra de faire, pour le Nord atlantique, la liste ensemble pour une Martinique Nouvelle ? Que peut-on espérer comme actions pour le développement de la Martinique ?

Quels sont les projets de développement pour le Nord Atlantique, pour lesquels la région aura un rôle prépondérant ?

Mon positionnement sur cette liste est aussi de faire entendre la diversité et la richesse de ce pays qui cumule une réalité à la fois urbaine et rurale, de manifester et d’exprimer cette double appartenance qui si elle n’est pas prise en compte conduirait a de grand déséquilibre dans le développement de notre pays.

Il s’agit pour nous de créer de réhabiliter des zones d’activités sur Ste Marie, basse Pointe et également le Lorrain. Désenclaver durablement les villes du Lorrain et du Marigot et assurer ainsi une vraie fluidité de la circulation. Lancer des zones d’aménagements touristiques indispensables pour la promotion de notre pays, relancer des animations économiques et agricoles autour d’espaces à vocation agricole.

Il faudra désenclaver les routes du Nord aujourd’hui abandonnées. Mener une vraie réflexion quant a la question des énergies renouvelables et de notre potentiel a la fois éolien et photovoltaïques. Sécuriser et réhabiliter l’ensemble des lycées de la zone.

Ce sont la quelques éléments, non exhaustifs.

A la lumière notamment des derniers événements d’Haïti, ne pensez vous qu’il faut pour la Martinique une lecture adaptée de la conservation de la mémoire à travers les bâtiments publics et en particulier la nécessité de reconstruire, urgemment et sans polémique, tous les édifices non aux normes accueillant des regroupements de populations, à l’instar du Lycée Schoelcher ?

La Région s’engagera pour une Martinique nouvelle à développer des structures parasismiques, cela va de soi. Pourrons-nous rattraper tous les retards, je ne peux pas répondre mais je sais que la volonté de préparer la Martinique à affronter les catastrophes naturelles est réelle.

Question de la rédaction : vous avez été mis en cause sur internet par un agent du conseil général vous accusant, ainsi que Mme Dulys et M. Clémenté de vous être « prostitués pour un plat de lentilles », et vous avez semble t-il eu un échange houleux, voire brutal avec cet agent. Qu’en est-il exactement ?

Mr Pascal MARGUERITE est un agent rattaché au Cabinet du Président du Conseil Général. Il s’autorise, par ce genre de propos, je le cite : « assez content d’avoir vu Letchimy se ridiculiser ce soir sur RFO en parlant de démocratie, de presse… Il n’a vraiment rien à dire! Quant à Pamphile, Clémenté et Dullys, ils lui ont fait pitié… Se prostituer pour un plat de lentilles! C’est vraiment médiocre… Et la digestion risque d’être mauvaise! » à porter atteinte à l’honneur et à la dignité des élus Martiniquais.

Je rappelle que ces hommes et ces femmes élus ont été choisis par le peuple martiniquais pour assumer les plus hautes responsabilités et pour les représenter dans les différentes instances du Pays.

Si l’échange a été houleux, il est lié au fait que de tels propos sont inacceptables dans notre pays par une personne elle-même censée servir les élus martiniquais. Je n’ai nullement porté atteinte à l’intégrité physique de Mr Pascal MARGUERITE. Contrairement a ce qui a été annoncé dans la presse.

Insulter un élu c’est insulter les martiniquais.

Dignité et respect pour les serviteurs du peuple Martiniquais.

Engagé depuis plus de 10 ans en politique, je n’ai jamais entendu, ni lu un tel niveau de mépris envers moi et encore moins envers d’autres élus. Une campagne électorale ne peut pas tout justifier.

Je dénonce, le mépris et le dédain des propos de cet administratif qui est en poste au sein de l’institution, qui devrait respecter cette obligation de réserve indispensable pour la continuité du service public. Son comportement et ses propos honteux le disqualifient durablement au sein de l’administration du Conseil Général, d’autant qu’il est coutumier du fait.

Il est fondamental d’observer cette obligation de respect pour tous ceux qui s’impliquent dans la vie sociale, culturelle, syndicale et politique dans le pays Martinique et d’autant plus s’ils disposent d’un mandat du peuple.

L’inverse est le signe du plus grand mépris pour ceux et celles qui s’investissent surtout quand on connaît la charge de travail que cela représente.

Les élus méritent un minimum de respect dans ce pays, et en tant qu’administratif du Conseil général, ses écrits sont inadmissibles et inacceptables.

Je demande par conséquent au Président du Conseil Général de demander à l’ensemble des agents de la Collectivité de respecter le débat démocratique qui s’installe quand bien même il va à l’encontre de ses positions, et de rappeler a l’ordre certains collaborateurs zélés.

Je souhaite que ce débat s’élève, non empreint d’insultes et d’injures voire, pire de violences, vis-à-vis des élus martiniquais.

Aujourd’hui, n’en déplaise a certains, j’assume tous les choix que je fais et j’invite encore l’ensemble des martiniquais à en faire autant.  »

Justin Pamphile
Lundi 1er mars 2010