Une contribution de Yolaine de Vassoigne - Encore une longue journée à affronter, ce portable qui ne sonne jamais, la visite improbable d’amis d’antan… Tous ont fui depuis que je suis « différent(e) », depuis que je porte avec moi partout où je vais cette étiquette… malade, fou, folle. Alors je remplis le temps comme je peux, me traînant entre ces murs devenus ma prison, bien plus que ces voix finalement, ces formes étranges, ces bruits ou ce silence qui m’angoissent… la télé ne m’intéresse pas vraiment, lire est trop fatigant, alors parfois j’écoute de la musique et je mange, parfois trop, pour passer le temps, je me traîne d’un bout à l’autre de cette chambre dont je connais les moindres recoins, je ne sors presque plus ou plus du tout car dehors c’est la jungle et ces foutus médicaments m’abrutissent tellement. Depuis que ces troubles ont envahi ma vie, que les psychiatres m’ont diagnostiqué schizophrène, bipolaire, sans espoir de guérison disent-ils, ma vie est devenue une attente sans fin, une longue mort silencieuse. Sortir ? Affronter ce regard que je connais si bien, le regard de l’autre qui a peur depuis que je suis différent ? Dangereux disent-ils, alors que ce sont eux le danger, tous les autres dehors qui fuient mon regard, m’évitent, me rejettent, m’excluent…

« Il est plus difficile de désintégrer un atome qu’un préjugé » Einstein

Quelqu’un m’a parlé un jour d’un endroit où je pourrais aller, juste pour ne plus être condamné à ne parler qu’à des murs dans ma très longue nuit. J’ai retourné ça dans ma tête un certain temps avant de me décider un matin à pousser cette porte. Depuis, je la pousse chaque jour ou presque, pour y rencontrer d’autres qui comme moi ont voulu fuir leur prison.

Ce lieu, ou plutôt cet espace s’appelle le GEM (Groupe d’Entraide Mutuelle). Je m’y suis fait des amis, d’autres comme moi « différents », comme moi aux prises avec leurs démons parfois, mais d’autres que je comprends et qui me comprennent. Il n’y a pas que les autres « comme moi », il y a aussi tous ceux et celles qui chaque jour me tendent la main, m’écoutent dans mon mal être comme dans mes éclairs de tous petits bonheurs, me redonnent espoir, me redonnent confiance en moi, me disent « allons-y, faisons-le, oui tu peux, ensemble nous pouvons « yes we can »…

Alors je me suis mis à dessiner, puis à peindre, j’ai appris avec les autres à préparer un repas, on joue aux dominos, au scrabble, au ping pong, je me suis même mis à l’informatique et j’ai découvert Internet. Malgré mon traitement lourd qui me casse pas mal, j’ai appris à bouger un peu plus mon corps, un parcours santé, une rando… Chaque semaine nous partons pique-niquer à la plage, à la rivière, à la découverte de sites patrimoniaux, faire un tour au cinéma. Il nous arrive aussi d’aller visiter une expo, de passer la journée chez l’un d’entre nous, d’assister à l’arrivée d’une étape du Tour des Yoles. On s’amuse bien ensemble et j’en oublie mes peurs, mes angoisses, je réapprends à vivre, comme tout le monde. Je ne suis plus un « malade », un numéro de dossier, un « schizophrène », un « bipolaire », j’ai une identité, je redeviens moi.

Bien sûr comme dans toutes les communautés, parfois on s’accroche un peu mais ça ne dure jamais bien longtemps car ce qui nous rapproche est tellement plus grand que ce qui nous sépare. Et P est toujours là pour arrondir les angles, et tous les autres accompagnateurs et bénévoles, tous ceux et toutes celles devenus au fil du temps nos amis, parfois nos confidents, là pour apaiser nos angoisses, nous redonner l’envie de… mais qui nous laissent tranquilles quand nous n’avons pas « envie de », quand nous venons juste nous poser là, sentir bouger les choses autour de nous, écouter de la musique, regarder un clip, une vidéo…

Et il y a les fêtes, les anniversaires, la préparation du repas de Noël ou de fin d’année, les parties de crêpes, les nocturnes autour d’une grillade où nos amis bénévoles du GEM viennent nous rejoindre pour un moment de convivialité…. Vous avez dit fous ?

Depuis que je fréquente le GEM, je ne vois plus de murs en rentrant à la maison, enfin pas comme avant. Si j’angoisse j’appelle un des autres et on cause…

Depuis des mois nous peignons de nouvelles toiles, réalisons de nouvelles poteries pour les Journées Portes Ouvertes, mais d’abord pour nous-mêmes, poser des mots sur une feuille, des traits et des couleurs sur une toile, façonner des formes avec de l’argile, tout ça fait du bien. On n‘aura pas forcément envie de nous en séparer, de les vendre, mais nous serons fiers de vous les montrer si, abolissant toute peur de la folie, vous venez partager un moment avec nous au GEM.

Le GEM ? Une structure d’accompagnement social accueillant de jour des usagers de la psychiatrie pour briser la solitude et accompagner les usagers dans une démarche d’autonomie. Autour du faire ensemble, parfois du non-faire, autour de moments de partage, on se soutient, on s’encourage, on trébuche parfois mais on se relève pour avancer dans cette vie qui ne nous a pas épargné son lot de souffrance, d’angoisse, de solitude, d’incompréhension chez les autres de ce que nous sommes.

Le GEM, on y va et on en repart quand on veut, on fait la parenthèse un temps si on veut, mais nous savons tous que c’est une porte ouverte, un espace où la folie a le droit d’exister en toute liberté.

La création d’un GEM se situe dans le cadre d’une Circulaire d’août 2005, dans la foulée de la Loi de Février 2005 qui pour la première fois reconnaît le handicap psychique. Nous n’aimons pas trop, pas du tout même, ce terme de « handicap » car nous nous rendons compte que le handicap vient davantage du regard que les autres portent sur nous, sur notre façon d’être différents.

Les partenaires du GEM ? L’Etat qui le subventionne via l’Agence Régionale de Santé (ARS), les Conseils Général et Régional, certaines municipalités, un réseau tissé autour du GEM par d’autres encore pour le rendre plus fort et aider à mieux intégrer les usagers dans la vie de la cité.

L’association Equinoxe, réseau d’entraide des familles d’usagers, qui a créé le GEM-Centre à Fort-de-France aujourd’hui cogéré par l’association d’usagers Klarté, en ouvre un second le 1er Juillet à Trinité. Il accueillera les usagers du Nord Atlantique, de Grand Rivière au Robert, y compris d’Ajoupa Bouillon et du Gros Morne. Venez-y car un GEM ça fait du bien, on va mieux quand on y vient, ça éloigne de l’hôpital. Venez visiter celui du Centre pour vous faire une idée. Les usagers des deux GEM se retrouveront souvent pour des moments de partage et de convivialité.

Nous vous attendons nombreux aux  JOURNEES PORTES OUVERTES du GEM Jeudi 25 et Vendredi 26 Juin 10h – 17h  Samedi 27 Juin 9h – 14h au N° 42 Avenue Frantz Fanon  Bellevue, Fort-de-France.

A cette occasion, nous vous invitons à passer commande d’une de nos magnifiques compositions florales. Le produit de ces ventes aidera à financer nos sorties vacances du mois d’août. Nous vous remercions de votre soutien.

Contact GEM    0696 360 860 / 0696 863 854 / 0596 54 65 02

Contact Association Equinoxe    0696 23 52 49

Yolène de Vassoigne, présidente de l’association EQUINOXE