Communiqué de presse suite à la fusion des listes Gran Sanblé d’Alfred Marie Jeanne et de  » Ba Péi-a An Chans  de Yan Monplaisir - La fusion de la liste dirigée par le capitaliste Monplaisir, exploiteur de 1500 travailleurs, fusionne avec celle de Marie Jeanne, le Gran Sanblé contre EPMN (ensemble pour une Martinique Nouvelle) de Serge Letchimy ne nous surprend pas. Cela confirme bien ce que nous avons toujours dit : à savoir que Marie jeanne et son clan sont  des serviteurs politiques de la bourgeoisie. Et s’il n’y a pas eu de fusion Monplaisir-Letchimy c’est en fonction d’autres calculs électoraux et rien d’autre, car le clan Letchimy est de la même eau.

Cette fusion d’une fraction importante des indépendantistes et de la bourgeoisie, comme la politique de Serge Letchimy et de son clan, prouvent, s’il en est encore besoin, que les prétendants à la direction de la CTM ne peuvent en aucune manière défendre les intérêts des travailleurs et des classes populaires. Ils en sont les ennemis à combattre.

 La CTM ne changera rien si les travailleurs et les classes populaires ne créent pas un rapport de force social pour contraindre ceux qui dirigent, à les écouter et à satisfaire leurs revendications. Cette force là n’existe pas. Elle est à créer, ou à recréer, car le Parti communiste martiniquais, le PCM, qui pendant longtemps représentait cette force a fait taire la lutte des classes, la lutte des travailleurs.

A ces élections, le PCM s’est fondu dans le regroupement nationaliste de Marie Jeanne. Il va jusqu’à accepter l’alliance avec le représentant politique du capitalisme, Yann Monplaisir.  Comment ne pas encore décevoir et désorienter les travailleurs ! Comment s’étonner du recul du mouvement ouvrier après une telle dégénérescence !

Nous remercions les travailleurs qui ont voté pour la liste Combat Ouvrier conduite par Ghislaine Joachim-Arnaud. Nous les appelons à n’accorder aucune confiance, aucun suffrage à ces deux listes. Il n’y a pas à choisir entre la peste et le choléra. Il vaudra mieux glisser dans l’urne un bulletin   « camp des travailleurs »

 

Il s’avère en tout cas urgent que tous les véritables communistes révolutionnaires et les vrais défenseurs du camp des travailleurs travaillent à la reconstruction d’un parti communiste révolutionnaire à la Martinique. L’avènement d’un tel parti sera un outil absolument indispensable à la défense des intérêts  propres des travailleurs mais surtout à l’établissement d’un rapport de force de la classe ouvrière face à la bourgeoisie et tous ses serviteurs politiques.

 

Mardi 8 décembre 2015

 

Pour Combat Ouvrier

 

Ghislaine Joachim-Arnaud