Tribune – Franck Vasko - Si la question de la pertinence pour un élu comme Marcellin Nadeau de redéfinir le champ politique en Martinique se pose, celle de savoir ce qui justifie cette volonté l’est tout autant. C’est un exemple concret de ce qui fait de ‪#‎NouPèpLa‬, entité dont Marcellin Nadeau est le représentant, un groupe qui révolutionne totalement la politique, un élément palpable de sa stratégie de conquête de la CTM.

Élu de gauche, Marcellin Nadeau aurait pu ne se contenter de présenter les solutions proposées par Nou Pèp La pour propulser la Martinique. Mais Nou Pèp La ne révolutionne pas le paysage politique local en faisant comme la gauche a toujours fait. Il a pour but avoué de prendre le pouvoir pour renverser la table, à redéfinir l’échiquier politique pour y faire entrer le peuple.

Marcellin Nadeau ne s’adresse pas qu’à son public de militants. Il parle aux gens. À tout le monde. Et il leur parle en partant de références qu’ils ont. Loin de la démagogie, Nou Pèp La diffère de tous les ensembles politiques en course pour la CTM, en ce sens qu’il est coordonné et en partie porté par un homme pour qui, faire le choix de l’intelligence collective, est une nécessité. La démocratie participative étant son leitmotiv.

À Nou Pèp La, il n’y a aucun prêchi-prêcha idéologique, ni prétexte à faire passer en force un programme politique, ni exercice d’auto-contemplation d’un leader autoritaire, qui martèle son point de vue de manière péremptoire, sans laisser place à la contradiction. Nou Pèp La offre une analyse à la fois objective et réaliste de la dynamique sur laquelle travailler afin de faire vraiment avancer la Martinique.

Marcellin Nadeau nous oblige à remettre en question nos schémas de pensée, nos habitudes militantes, nos manières de parler, nos éléments de langage. Il force à la connexion avec le réel, parce que changer la Martinique implique de partir de celle qui existe, et non d’une réalité militante fantasmée. Autrement dit, rêver mais en prenant nos rêves très au sérieux.

Il ne vous aura pas échappé que l’effondrement du paysage politique local est un fait indéniable. Les cancans exaspèrent l’électorat. Il va donc falloir comprendre les mécanismes qui régissent cette impitoyable arène qu’est la lutte pour le pouvoir. Avoir raison ne suffit pas. Il faut aussi savoir renverser le rapport de force en sa faveur, pour pouvoir espérer broyer la roue du pouvoir qui tourne. Placer des hommes et femmes politiques interchangeables tout en haut à tour de rôle, écrasant tous ceux qui se trouvent en-dessous, ce temps-là arrive maintenant à son terme.

Au-delà de son contenu factuel ou théorique dont nous avons tous quelque chose à apprendre, c’est l’existence de Nou Pèp La qui est, en soi, une leçon de politique. Voilà, en gros, la raison pour laquelle j’ai choisi de m’inscrire dans le combat qui animent Marcellin Nadeau et Nou Pèp La. Alternative à laquelle je vous invite à prendre part. #‎AnnouPòtéMannèv‬

Franck Vasko, 11/10/2015