Tribune – Emmanuel de Reynal | Drôle d’année 2018 qui a réveillé nos peurs et révélé nos impasses ! Drôle d’année qui a décrit les pires scénarios de fin du monde. Drôle d’année qui a désespéré les peuples et les consciences, qui nous a martelé que l’avenir sera sombre, que notre humanité n’y survivra pas !

La terre brûle. Les océans sont acides, et les mers meurent. L’air que nous respirons devient mortel. Les espèces s’éteignent. Hécatombe unique dans l’histoire du vivant. Génocide planétaire que nos gestes quotidiens alimentent. Sommes-nous prêts à changer nos habitudes ? Sommes-nous prêts à faire la révolution écologique ?

L’Intelligence Artificielle accélère sa course folle. Elle bouleversera nos organisations, détruira des millions d’emplois et rentrera en guerre avec nos propres cerveaux. Saurons-nous cohabiter avec elle sans lui abandonner notre conscience ? Saurons-nous la maîtriser pour en faire une source de progrès ? Sommes-nous prêts à affronter la révolution des intelligences ?

La démocratie vole en éclat face aux rancoeurs individuelles. Les corps intermédiaires sont lâchés, voire lynchés. Les peuples rejettent le « système » qui n’a pas su « prendre leur hauteur » ; chacun voit désormais midi à sa porte. Un retour sur soi qui ouvre la voie aux dérives égoïstes… et donc aux extrêmes. Réussirons-nous la révolution du bien commun ?

Révolution écologique pour préserver notre existence, révolution des intelligences pour conserver notre intégrité d’homme dans le monde de l’IA, révolution du bien commun pour donner du sens à nos vies et retrouver une pensée collective. Trois révolutions à mener de front pour sauvegarder notre humanité ! Rien que ça !

2018 a mis le doigt sur nos risques. 2019 doit pointer nos forces et nos opportunités. Elle doit ouvrir des perspectives, réveiller l’esprit de confiance, stimuler l’envie de donner le meilleur de soi pour le bien de notre humanité.

Des grands mots, tout ça ? Peut-être, mais aux grands « mots » les grands remèdes…