Le Manifeste de l’O.J.A.M fut placardé sur les murs de Martinique les 23 et 24 décembre 1962 par un groupe de jeunes militants anticolonialistes qui pour certains connaîtront la déportation vers la « métropole » pour délit d’opinion et atteinte à la sureté de l’Etat, et un temps, les geôles françaises.

« En décembre 1959, 3 fils de la Martinique, BETZI, MARAJO, ROSILE, tombaient victimes des coups du colonialisme français. Ce sacrifice montra à la jeunesse de notre pays la voie de l’émancipation, de la fierté, de la dignité. Depuis, notre peuple, si longtemps plongé dans les ténèbres de l’histoire, offre une résistance de plus en plus grande à l’oppression coloniale. Mais le colonialisme français, suivant ses intérêts, accentue chaque jour son potentiel répressif, voulant ainsi maintenir notre peuple sous le joug colonial. Aujourd’hui l’Organisation de la Jeunesse Anticolonialiste de la Martinique déclare:

Que la Martinique est une colonie, sous le masque hypocrite de département français, comme l’était l’Algérie, parce que dominée par la France, sur le plan économique, social, culturel et politique. Ce qui se traduit par:

1) Une économie uniquement agricole, à caractère féodal.

2) La prépondérance d’une minorité béké, liée au colonialisme français, monopolisant la terre, les usines, le commerce et les banques.

3) Un déficit permanent de la balance commerciale.

4) Un revenu individuel moyen les plus bas du monde.

5) Le chomâge et la misère.

6) L’insuffisance d’écoles, de bibliothèques, de stades, d’installations sportives.

7) La déformation de l’histoire martiniquaise à des fins assimilationnistes.

8) L’étouffement de tout effort pour développer une culture martiniquaise populaire et authentique.- L’aggravation de la répression (Décembre 59, Mars 61), l’augmentation des forces policières, le renforcement constant de l’appareil administratif français, et l’immigration de plus en plus considérable de civils et militaires français.

9) La révocation de fonctionnaires martiniquais ayant résisté aux arbitraires tentatives d’exil.

10) Les condamnations de patriotes martiniquais.

Condamne définitivement le statut de département français comme contraire aux intérêts du peuple et de la jeunesse de la Martinique, et rendant impossible tout développement.

Proclame la nécessité de la collectivisation des terres et des usines. – le droit de notre peuple d’exploiter ses richesses et ses ressources et d’industrialiser le pays. – le droit de tous au travail et à un salaire décent. – La nécessité inéluctable de l’entrée de la Martinique dans le vaste mouvement de décolonisation totale.

En conséquence l’O.J.A.M. (l’Organisation de la Jeunesse Anticolonialiste de la Martinique) affirme que le malaise économique et social qui sévit à la Martinique ne pourra disparaître que grâce à un programme martiniquais au profit des martiniquais.

Proclame le droit des martiniquais de diriger leurs propres affaires.

Demande aux Guadeloupéens, aux Guyanais de conjuguer plus que jamais leurs efforts dans libération de leur pays pour un avenir commun. Soutien que la Martinique fait partie du monde antillais.

Appelle les jeunes de la Martinique, quelles que soient leurs croyances et leurs convictions, à s’unir pour l’écrasement définitif du colonialisme dans la lutte de libération de la Martinique.

LA MARTINIQUE AUX MARTINIQUAIS ! »

En photo : Le titre du film de Camille Mauduech à ce sujet