Hommage – Manuel Norvat | Henri Vigana écrivait avec son appareil photo, avec la caméra aussi. Les images fixes ou les images qui bougent, il savait les magnifier avec un art de la composition sensible à la lumière belle et rebelle.

Henri était un homme de culture, pour tout dire. Pour ainsi dire : un appétit de créations, de projets, de réalisations inouïes. Nous avions en partage une amitié créatrice. Il m’avait demandé d’illustrer avec mes mots un livre issu de sa série de photographies autour de notre milieu de marins-pêcheurs dont il avait réalisé une superbe exposition. Ce beau livre, Martinique couleurs de pêche, terminé ensemble après des années d’échanges inoubliables, devait paraître dans quelques semaines. En bon vivant, Henri l’avait conçu dans l’amitié de tous pour imprimer ce que culture veut dire.

Sans prévenir (oui, tout soudain), son souvenir nous transporte dans les grands bois, dans les rues de l’En-ville, et dans l’écume du bord de mer. En argentique ou en numérique. À jamais, photo-mitan.