Un regard proposé par Chantal Kebail

Le témoignage d’un jeune journaliste haïtien, Wendy Phelle, réfugié en Martinique après avoir reçu trois balles dans le corps ! sorti du coma, ayant reçu de nouvelles menaces de mort, il a fait une demande d’asile politique chez nous. Le visionnage saisissant du carnage opéré par les troupes de l’ONU ( la MINUSTAH) aidé par des hélicoptères dans la cité Soleil qui ont massacré (entre autres) des dizaines d’enfants et de femmes enceintes…Le témoignage de l’ancien ambassadeur  de l’organisation des Etats américains en Haïti, le brésilien Ricardo Seitenfus, diplômé de l’Institut de hautes études de Genève qui dresse un véritable réquisitoire contre la présence internationale dans le pays ; ou la lecture de la déclaration plus surprenante de Colin Powell  s’exprimant sur la dette haïtienne et notamment pourquoi les Etats-Unis doivent des billions à Haïti : Tels sont les temps forts auxquels le public a pu assister dimanche 1er juin à l’Atrium.

4 heures pour Haïti ! une journée continentale de solidarité avec la première République Noire du monde occupée depuis 1o ans par les troupes de L’ONU ( MINUSTAH) était organisée dimanche 1er Juin à l’Atrium. Ce même jour, la Caraïbe, les Amériques ont  simultanément  manifesté leur solidarité : (du Brésil aux USA en passant par la Guadeloupe ou la Martinique représentée par le « komité défann Ayiti sé défann nou menm » avec Jacqueline Petitot et un observateur régulier en Haïti, Lucien Mohigany.

Les débats  ont eu trait au respect de la résolution du Sénat Haïtien  votée en mai 2013 qui stipulait  le départ de la MINUSTAH  au plus tard le 28 mai 2014 ! La restitution par la France de la somme extorquée à Haïti en 1825, équivalente à 26 milliards de dollars actuels, payée à des taux usuraires jusqu’en 1947 ; le dédommagement des victimes du choléra introduit par le contingent népalais de la Minustah. Un état des lieux des campagnes de solidarité continentale menées depuis 2OO8 pour sensibiliser l’opinion et les pouvoirs publics sur la situation haïtienne. Dans le public, de nombreux témoignages de ressortissants haïtiens ont dénoncé l’élection tronquée de Martelly et l’intensification du combat en Haïti pour son départ et celui de la Minustah. A l’issue de cette journée, plusieurs décisions ont été prises :

- Elargir l’information à différentes communes en Martinique en organisant des réunions décentralisées. Proposition a été faite par les militants présents de « Nou Matinitjé » d’une réunion mi juin dans le cadre de leur université (Inivesité Label libeté) qui se réunit chaque semaine. Le principe d’une autre réunion a été acté sur la commune du Macouba, où vit une importante communauté de travailleurs agricoles haïtiens ainsi que travailler à la diffusion des informations par le biais d’un site internet.

- Une motion sera adressée à la CARICOM (qui a pris position pour demander réparation aux ex- puissances coloniales, avec transmission par voie de délégation  au comité national martiniquais pour les réparations qui doit participer courant juin à une session du CARICOM sur cette question, et à la Région Martinique, désormais membre associé au CARICOM . L’organisation « Nou matinitjé » est membre du  comité national martiniquais pour les réparations , et les représentants présents, dont  la vice présidente, ont donné leur accord à cette initiative.

 Le texte, bref et sobre, vaut essentiellement par  trois pièces accompagnatrices que nous publierons également dans le cadre de ce dossier : l’appel de la coordination Haïtienne pour le départ de la MINUSTAH, une  position prise en 2010 après le séisme; la déclaration  de Colin Powell, ancien chef des armées puis secrétaire d’Etat des USA condamnant la politique Américaine depuis deux siècles envers Haïti et réclamant pour ce pays justice et réparations; ainsi que la remarquable déclaration  de Ricardo Seitenfus, ancien ambassadeur Brésilien de l’OEA ( organisation des Etats d’Amérique) en Haïti, fustigeant le comportement et la présence de la MINUSTAH.

Ch K