L’ancien premier ministre réagit vivement à son exclusion de la liste des candidats à la présidentielle en Haïti, fixées au 25 octobre 2015, et auxquelles devraient participer une soixantaine de candidats. Ecarté pour « défaut de décharge de gestion » (les candidats doivent se voir accorder un document attestant qu’ils n’administrent plus de fonds publics) , il attribue la « manoeuvre au pouvoir en place, décidé selon lui à confisquer le pouvoir au profit d’un « clan ».

« La liste des candidats agréés par le Conseil Electoral Provisoire, et livrée à la publication, conforte l’opinion collective selon laquelle les élections de 2015 ne sont qu’une opération de sélections, montée avec la claire et ferme intention politique de semer la division et de créer l’instabilité au sein de la société haïtienne.

La décision inique, prise par le CEP, de supprimer mon nom de la liste des candidats à la présidence de mon pays, représente une violation flagrante du décret électoral et de la constitution amendée.

En clair, et j’en informe l’opinion publique, cette décision participe d’un complot contre le Peuple Haïtien, contre nos frères et sœurs de la Diaspora, contre les travailleurs dans les bateys, contre les paysans, les ouvriers, les professeurs, les élèves, tous les compatriotes qui luttent pour la construction d’une Démocratie de paix et de progrès.

Je dénonce ce complot, je dis non à ce projet d’exclusion.

Envers et contre toutes les machinations et combinaisons, le complot ne passera pas.

Il est temps d’en finir avec l’injustice! Il est temps d’en finir avec les pratiques traditionnelles de magouilles et que les patriotes honnêtes et consciencieux forment un faisceau, pour changer les conditions de vie de ce peuple qu’on semble vouloir condamner à l’appauvrissement.

Je m’engage à poursuivre la lutte pour la défense des intérêts du Peuple Haïtien.

Le peuple en a assez de vivre, confronté au quotidien, à l’insécurité, à la faim et à la misère abjecte.

Le Peuple Haïtien, citoyennes et citoyens de l’intérieur et de l’extérieur, exigent le respect de ses droits fondamentaux.

Le peuple Haïtien veut des élections libres, honnêtes, inclusives qui doteront  la gouvernance du pays de dirigeants conséquents, responsables, dévoués à l’amélioration des conditions de vie de toutes et de tous.

En régime démocratique, le pouvoir n’est pas la propriété d’un petit groupe, ni d’un clan.

En régime démocratique, la décision ultime, qui légitime le pouvoir, vient du Peuple.

Vive HAITI ! Vive La Démocratie ! »