Différentes organisations, d’Haïti, Caraïbes, Brésil, Mexique, Etats-Unis…appellent à une semaine de mobilisation du 29 juillet au 3 aout prochain pour un retrait des troupes de la Minustah du sol haïtien.

En Octobre 2013, aura lieu au siège de l’ONU, la ratification du renouvellement des forces de la Minustah en Haïti. Pour peser sur cette décision et faire entendre les voix qui s’opposent à la présence des troupes, ces organisations appellent à une semaine de mobilisation au même moment dans chaque pays, au travers de rassemblements, délégations, interpellations des gouvernements, pétitions…

L’objectif est également de poursuivre et renforcer la solidarité des coordinations déjà impliquées dans le combat du retrait de la Minustah en Haïti. La dernière en date a eu lieu le 1er Juin dernier à Port-au-Prince et a réunit 140 délégués venus d’Amérique du Sud, de la Caraïbe, des Etat-Unis, d’Algérie, de France, de Guadeloupe, de Martinique( à l’initiative de l’ATCP, association des travailleurs et des peuples de la Caraïbe,représentée chez nous par la professeure jacqueline Petitot)…

RESOLUTION FINALE DE LA CONFERENCE DE PORT-au-PRINCE

S’adressant aux gouvernements de la CELAC ( communauté des Etats Latino-Américains et de la Caraïbe), et à tous les pays impliqués, les représentants mandatés par leurs organisations respectives se sont exprimés ainsi:
« Nous avons entendu les témoignages de citoyens haïtiens, d’organisations les représentant, sur les conséquences de ces neuf années d’occupation. Ils nous ont confirmé que les exactions commises par la Minustah se poursuivent tout comme la répression des activités syndicales et sociales ainsi que le développement du trafic de drogue et des armes à feu…
Nous avons pris connaissance du rapport du 8mars 2013 présenté au Conseil de Sécurité de l’ONU par son secrétaire Ban- Ki -Moon; ce rapport tire comme conclusion qu’il faut renforcer les systèmes de répression ( la police et la justice) et que tant que cela ne sera pas fait, la Minustah ne pourrait sortir d’Haïti.
Le rapport cite  » les troubles de Jérémie  » qui justifieraient le besoin de la Minustah d’utiliser l’aviation militaire; ces troubles ont été, en réalité, des mobilisations pour l’achèvement de la route »Cayes-Jérémie » nécessaire au désenclavement de la région dont les travaux de construction, qui remontent déjà à trois ans, ont été initiés et puis abandonnés par la firme brézilienne OAS.
Le rapport met encore l’accent sur la nécessité d’organiser des élections pour le Sénat pour les municipales et pour la présidence de 2015. Mais il reconnaît ouvertement que ni les dernières, ni les prochaines ne seront organisées par des institutions haïtiennes.

« Défendre Haïti, c’est nous Défendre nous mêmes »

Face à ce constat, et pour que chacun s’imprègne de la réalité du mot d’ordre « Défendre Haïti, c’est nous défendre nous mêmes », les délégations ont décidé d’organiser une campagne d’information et de solidarité continentale avec Haïti la semaine du 29 juillet au 3 aout, avec la production d’un DVD commun qui relate notamment le massacre de la Cité Soleil, un reportage synthétisant les initiatives de solidarité depuis décembre 2008 ainsi qu’une brochure reprenant les conclusions de la commission d’enquête de 2009.

164 BATEAUX MILITAIRES ET UN SEUL BATEAU HOPITAL

Notons l’intervention d’un représentant haïtien, le professeur Camille Chalmers de « PAPDA » ( plateforme haïtienne de plaidoyer pour un développement alternatif » qui déclare:  » …Les Etats-Unis ont créé un système Minustah qui sert de laboratoire pour mieux développer les occupations militaires dans le bassin caribéen. Cela se justifie par la présence de troupes d’élites de combat, d’oppression et d’occupation.

- Lors du tremblement de terre, les Etats-Unis ont fait venir dans les eaux autour d’Haïti, 164 bateaux militaires et un seul bateau hôpital;

- Depuis la présence de la Minustah en Haïti est apparue une nouvelle forme de violence et d’insécurité, les prises d’otages monnayant rançon, ce qui n’avait jamais existé auparavant. Le trafic de cocaïne a doublé de volume depuis 2004, l’année de l’arrivée de la Minustah en Haïti.

- Une information remontant de la SOFA( association de femmes) signale que déjà en 2009, la commission d’enquête, à Martissant ( un quartier de Carrefour dans l’ouest de d’Haïti), 114soldats népalais ont été accusés de viols sur des jeunes filles. Ils ont tous été rapatriés en toute impunité!
Les soldats népalais sont à nouveau impliqués dans l’origine de la souche de l’épidémie du choléra. La photo montrant un camion citerne sur lequel est écrit « NU » en train de déverser des matières fécales dans un affluent de l’Artibonite a largement criculé sur Internet. Il est criminel de laisser entrer des soldats sans contrôler leur état de santé, sachant que cette maladie est endémique chez eux
. »

SAINT-DOMINGUE INTERDIT L’IMPORTATION DE RIZ, DE POULES ET D’OEUFS HAÎTIENS

Trois ans après le séisme de janvier 2008, des centaines de milliers de personnes vivent encore sous des tentes dans une situation exécrable et à cela s’ajoute le choléra avec des conséquences sanitaires et sociales terribles: les paysans ont peur d’aller travailler dans les rizières de l’Artibonite, craignant d’attraper la maladie. Saint-Domingue, premier importateur de riz haïtien ne commande plus pour la même raison. Vient s’ajouter aux dernières nouvelles l’interdiction d’exporter des poules et des œufs d’Haïti à Saint-Domingue. Ce sont des milliers de paysans qui sont privés de revenus.

CK