Dans une déclaration écrite transmise à la presse, le président du Conseil exécutif balaye d’un revers de main les motifs de la grève et invoque des motivations politiciennes de ses adversaires. Alfred Marie-Jeanne assure qu’il a répondu aux demandes des chefs d’établissements, et que de nouveaux postes ont été créés pour cette rentrée. Une déclaration qui suggère que « les 40″ n’auraient pas d’existence réelle, et que les syndicats seraient aux ordres d’opposants politiques.

Capture d’écran 2018-09-19 à 17.15.25Capture d’écran 2018-09-19 à 17.15.48