Le tribunal administratif tenait audience le mercredi 25 février 2015 pour examiner le dossier de l’extension du terminal de la Pointe-des-Grives. L’association écologiste Assaupamar s’oppose au Grand Port Maritime et à la Préfecture, qu’elle soupçonne de vouloir détruire les fonds marins de la baie de Fort-de-France. Un dossier dans lequel le Grand Port a annoncé en décembre 2014 (voir notre article « Grand port l’extension limitée« ), et répété lors de l’audience d’hier, qu’il s’interdira de toucher à la « Caye de la grande sèche », un trésor de biodiversité au coeur de la Baie de Fort-de-France.

L’Assaupamar – qui note que malgré ses engagements verbaux, le Grand Port ne souhaite pas modifier l’arrêté préfectoral initial lui permettant d’impacter cette Caye – préfère jouer la sécurité juridique. Le tribunal administratif a demandé des pièces complémentaires aux deux parties, qui devraient permettre un dénouement rapide de cette affaire, dans le sens d’un maintien du statu-quo (la poursuite des travaux selon l’arrêté initial et les engagements d’auto-limitation du Grand port), ou l’annulation de l’arrêté initial et la préparation d’un nouvel arrêté circonscrivant les espaces concernés. 

@polpubliques