Le grand écrivain colombien, Gabriel Garcìa Màrquez, s’est éteint aujourd’hui à l’âge de 87 ans; il a succombé des suites d’un cancer.

Illustre romancier, il était mondialement connu pour ses récits traduits en maintes langues, son soutien au régime de Fidel Castro et sa foi en le communisme. Son engagement politique se reflétait aussi à travers ses oeuvres et leurs contextes de dictatures, de révolutions, de guerres et d’injustices envers les peuples du Tiers-Monde, principalement en Amérique du Sud.

Mais Gabriel Garcia Marquez était aussi un journaliste actif, collaborateur ou directeur de certains  des plus grands journaux latino-américains.

Son ouvrage le plus célèbre, Cent ans de solitude, publié en 1967, pourtant qu’une simple fiction basée sur des souvenirs d’enfance, s’est vendu à 4 millions d’exemplaire rien qu’en espagnol. C’est toutefois ce roman qui lui permet d’inscrire sa littérature dans le courant du réalisme magique, révélé par l’art de la peinture.

Et c’est en 1982 que Màrquez reçoit la consécration de sa carrière, quand il lui est décerné le Prix Nobel de littérature. Le départ de ce grand homme est salué par le monde entier et en particulier par l’Amérique du Sud. Le gouvernement colombien a d’ailleurs décrété 3 jours de deuil national.

@jorisylvie