Francis Carole, ancien conseiller municipal et général de Fort-de-France, est Président du PALIMA (Parti pour la Libération de la Martinique). Alors qu’une visite de chantier est prévue ce vendredi 27 novembre 2009 sur le site en présence de la municipalité, il livre son sentiment sur l’emploi dans le cadre de ce chantier.

« CONSTRUCTION DU CENTRE D’AFFAIRES DE FORT-DE-FRANCE : OU SONT LES OUVRIERS MARTINIQUAIS ?

Depuis un an, les travaux de construction du Centre d’Affaires de Fort-de-France ont débuté. La livraison est prévue pour 2011. L’opération coûtera autour de 150 millions d’euros.

C’est l’entreprise italienne ENZO qui a en charge ce chantier. Une entreprise martiniquaise, SOMACO, intervient en tant que sous-traitant.

Mais, au moment où l’on parle de crise dans le secteur du bâtiment, au moment où les chiffres du chômage continuent de gonfler, quelle est la place des ouvriers martiniquais sur ce chantier ?

Ce qui se dit, c’est que l’entreprise ENZO ferait appel à des ouvriers portugais, italiens et chiliens en nombre, alors même que la compétence existe bel et bien sur place et que la main-d’œuvre martiniquaise est en demande de travail. Il ne s’agit pas là, à proprement parler, de travailleurs immigrés installés dans notre pays, mais de travailleurs recrutés spécialement dans le cadre de la construction du Centre d’Affaires de Fort-de-France.

Est-il, à ce propos, besoin de rappeler que plus de 23 % de la population active est au chômage ?

Vendredi 27 novembre, une visite de chantier doit être effectuée sur place par les donneurs d’ordre de cette opération. Sans doute, devraient-ils apporter des clarifications sur cette situation… »

Francis Carole.