Interviewé à l’issue de son rendez-vous avec le Président de la République, Claude Lise, Président du Conseil Général, a paru rassuré quant aux perspectives d’évolution institutionnelle de la Martinique.

Alfred Marie-Jeanne et Claude Lise ont réaffirmé devant le Président de la République leur vision de l’avenir de la Martinique dans le cadre de l’article 74 de la constitution, vision confirmée par les délibérations du congrès des élus.

Selon lui, Nicolas Sarkozy a semblé ouvert aux perspectives ouvertes par le congrès, sans négliger les conclusions qui seront issues des Etats Généraux, et a surtout insisté sur l’inscription de cette évolution dans le cadre de la constitution en son état actuel.

C’est donc doublement rassurés que les deux parlementaires, respectivement Président du Conseil Général et du Conseil Régional de la Martinique ont quitté l’Elysée.

- Les co-présidents du congrès craignaient en effet suite aux manifestations de février et mars, que l’Etat ne donne la priorité à ces états généraux.

- Claude Lise, visiblement satisfait de l’entretien, a également noté qu’il n’était pas question pour le Président de la République d’une évolution dans un article 74 particulier, propositions énoncées lors du congrès par le PPM et son Président Serge Letchimy.

Cette position du Président qui tranche singulièrement avec la proximité que la rumeur lui prête avec Serge Letchimy, conforte d’une certaine manière les orientations du congrès, et davantage encore la position de la droite locale, famille politique du Président, favorable à une évolution dans le cadre de l’article 73 de la constitution.

En cas de consultation populaire, le débat tournerait autour des enjeux des articles 73 et 74, sur la base acquise dans les deux cas d’une collectivité unique.

Et la question pourrait alors être simple « souhaitez-vous une collectivité et une assemblée unique dans le cadre de l’article 74 de la constitution ? »