C’est l’expression de René Préval, Président de la République d’Haïti, à l’occasion de sa rencontre le 16 avril avec Hillary Clinton, avant l’ouverture du sommet des Amériques.
Le Président Préval a indiqué que le trafic de drogue et ses impacts sanitaires et financiers contribuaient fortement à cette instabilité.