Les pluies incessantes qui s’abattent sur la Martinique depuis le 1er mai ont causé des dégâts considérables, et particulièrement ce mardi 5 mai.

Deux personnes ont perdu la vie, noyées. De nombreux édifices et habitations sont inondés et dégradés, des murs se sont écroulés, des ouvrages de soutènement ont été balayés par les terres qu’ils retenaient. Des centaines de véhicules ont été immergés ou ensevelis sous les torrents de boue.

Les communes les plus touchées sont celles du coeur du pays : Sainte-Marie, Gros-Morne, Le Lamentin, Le Robert (Vert-Pré), Rivière Salée (Petit Bourg) et le Saint-Esprit.

L’ampleur des dégâts causés par ce phénomène météorologique a surpris tous les observateurs.

Une fois passée l’urgence, les pouvoirs publics devront se poser une fois de plus toutes les questions qui s’imposent, concernant notamment les règles d’urbanisation en milieu tropical, et plus immédiatement l’éventualité d’un classement de certaines communes en situation de « catastrophe naturelle ».