Abdourahamane Soilhi, sénateur maire de Mamoudzou, vient d’être condamné à 6 mois de prison avec sursis, 10 000 euros d’amende et un an d’inéligibilité par le tribunal correctionnel de sa ville pour « emploi fictif », au profit de deux élus UMP, l’ancien maire de Koungou Ahmed Souffou et le conseiller général du premier canton de Mamoudzou, Assani Ali.

Le Sénateur-Maire pourrait néanmoins faire appel de cette décision dans les jours qui viennent. Un appel qui lui permettrait de conserver ses mandats, et d’être présent aux prochaines échéances municipales.