Tribune – Yvon Joseph-Henri | EDF Martinique n’est que l’ombre d’EDF en matière de compétence. La gentillesse est là, et c’est mieux que rien car cela témoigne au moins d’un esprit bon enfant. Mais cela suffit-il à faire oublier les haillons sous le manteau dont notre entreprise tente désespérément de se parer.

Les haillons ? L’incapacité à régler les problèmes liés aux erreurs de phase, et – à jour encore –  à la gigantesque surtension qui a affecté de nombreux logements à Châteaubœuf en février dernier !  Outre une procédure de déclaration de sinistre imposée par l’entreprise en débit de toute logique et au détriment de ses clients sur lesquels on fait peser des charges qui incombent à EDF ; outre une autre facilité à imposer des frais de retard qui ne reposent sur aucune règle véritable mais sur la toute puissance et le bon vouloir de l’entreprise ; outre ce même bon vouloir qui peut décider qu’on prendra en charge l’indemnisation d’un tel mais pas celle d’une telle, en fonction de critères arbitraires ; il faut bien reconnaître que les pannes répétées au moindre zéphyr qui souffle, à la moindre goutte d’eau qui tombe à de quoi inquiéter profondément une population confrontée en permanence aux menaces cycloniques et aux tremblements de terre.

Aujourd’hui, non seulement EDF est encore en coupure après les pluies que nous avons connues, mais ces coupures ont des répercussions sur le quotidien des Martiniquais, sur les réserves qu’ils ont faites et qu’ils stockent dans des congélateurs. Nulle excuse, nulle explication d’EDF : c’est le fait du prince ! On peut trouver le téléphone du client pour le harceler en cas de retard de paiement pourtant…

Mais on fait semblant de donner dans les cités HLM des ampoules qui en réalité sont financées par l’Etat, et qui – en réalité – allègent les impayés d’EDF ; on fait semblant de promotionner telle ou telle manifestation sportive ou culturelle quand, ce que nous demandons à EDF, c’est de faire, et bien, son travail et d’assurer – contre vents, pluies et marées – un service continu pour la sécurité des Martiniquais. Au stade où nous en sommes, l’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe, s’étonne que les politiques ne prennent pas à bras le corps cette défaillance récurrente et inquiétante d’EDF. A moins que les taxes (76%) que perçoivent communes et collectivités apaisent toute velléité de la part de nos politiques et les réduisent à un silence assourdissant ?

Yvon JOSEPH-HENRI, Président de l’association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe (A3C)